Luttes sociales

Cinquième semaine de mobilisation

40 vacataires permanentes licenciées par le Rectorat

Témoignages.re / 5 décembre 2011

Face à l’attitude indifférente du recteur envers la « détresse » les vacataires permanentes licenciées, dans un communiqué, la CGTR Éduc’action se félicite du soutien d’élus réunionnais, dont celui du sénateur Paul Vergès, notamment sa lettre au ministre de l’Éducation nationale, et leur réitère son soutien. La CGTR Éduc’action annonce par ailleurs que les vacataires entreront ce lundi 5 décembre dans leur 5ème semaine de mobilisation.

« Quatre rassemblements conduits, un soutien des élus de La Réunion (de toutes tendances politiques) qui ne cesse de se développer, dernier en date celui du sénateur Paul Vergès, et en face, un recteur isolé, en fin de règne, qui continue d’éconduire ces 40 femmes mères de famille qu’il licencie au lieu de les requalifier comme l’exigent les textes.

Mais pourquoi donc le recteur Fourar s’entête-t-il, seul contre tous, à vouloir coûte que coûte virer ces femmes qu’il a maintenues comme de véritables SDF du travail pendant sa gouvernance ?

Jamais un recteur n’aura eu un tel comportement à l’égard des femmes travailleuses précaires. Jamais il n’a daigné ne serait-ce que recevoir en délégation nos collègues et leur parler droit dans les yeux. Pourquoi ?

Pourquoi s’obstine-t-il à refuser la main tendue par notre syndicat pour trouver des solutions pour éviter le chômage à ces vacataires permanentes ?

Comment rester si insensible à la détresse, à la réalité du vécu de ces mères de famille ?

Cette 5ème semaine de mobilisation sera l’occasion d’autres actions surprises. Selon nos informations, d’autres élus et parlementaires vont également nous apporter leur soutien, et nous déposerons les premiers référés suspension auprès du Tribunal administratif.

Nous osons espérer que le recteur ouvre enfin la voie du dialogue, qu’il daignera enfin recevoir ces mères de famille qui sont dans le désarroi le plus complet et pour lesquelles il n’a pour l’heure aucune espèce de considération élémentaire.

Nous ne lâcherons nos collègues, les nombreux soutiens qui s’expriment face à l’injustice sociale et au mépris nous encouragent à rester sur le pont de la lutte, aux côtes des salariés en souffrance. »


Kanalreunion.com