Luttes sociales

« Continuons l’unité d’action »

Forte mobilisation réunionnaise contre la politique d’austérité du gouvernement

Correspondant Témoignages / 10 avril 2015

Ce jeudi 9 avril, selon l’un des responsables syndicaux, plus d’un millier de travailleuses et de travailleurs des secteurs publics et privés se sont rassemblés à Saint-Denis devant la préfecture à l’appel de l’intersyndicale CGTR – FO – FSU – Solidaires pour exprimer leur opposition au projet de loi Macron et à la politique injuste menée par le gouvernement à Paris, avec ses graves conséquences à La Réunion. Une motion a été remise dans ce sens à la représentante du préfet et un appel a été lancé par les divers responsables syndicaux à continuer avec force, dans l’union la plus large possible, la mobilisation des Réunionnais pour une autre politique.

JPEG - 86 ko
Max Banon (CGTR), Eric Marguerite (secrétaire départemental FO), Maurice Gironcel (secrétaire général du Parti communiste réunionnais) et Ivan Hoareau (secrétaire général de la CGTR). Photo LB.

Ce rassemblement s’est déroulé dans une ambiance très chaleureuse, avec une animation musicale créole émouvante, des rencontres et des échanges entre les divers participants et représentants d’organisations solidaires, ainsi que des interventions très intéressantes sur les raisons de cette mobilisation. Il a commencé par des prises de paroles de plusieurs responsables syndicaux, comme des dirigeants de la CGTR-BTP, Didier Lombard et Jacky Balmine, qui ont dénoncé un licenciement abusif dans une entreprise à Quartier-Français et la crise très grave qui frappe les travailleurs de ce secteur. D’où l’appel à la grève illimitée lancé pour lundi prochain dans le BTP.

Il y a eu également eu des interventions de Max Banon (CGTR-Sud), Jean-Paul Paquiry (FO-Fonction publique), Jocelyn Cavillot (Solidaires), un représentant de FO-Santé, et Jacqueline Carpin (CGTR-EPSMR). Puis ont pris la parole les dirigeants des quatre confédérations syndicales organisatrices de la manifestation : Marie-Hélène Dor pour la FSU, Pascal Mariamen pour Solidaires, Éric Marguerite pour FO et Ivan Hoareau pour la CGTR.

JPEG - 82.3 ko
Quelques mots d’ordre.

Motion au préfet

Toutes ces interventions ont expliqué le contenu de la motion de l’intersyndicale, qui a ensuite été remise par une délégation de plusieurs organisations à Mme Pérez, adjointe de la directrice de cabinet du préfet (voir le texte ci-après). Les intervenant(e)s ont notamment dénoncé « les 50 milliards d’euros de cotisations sociales offerts par l’État français aux patrons au détriment des plus pauvres » et toutes les carences de la loi Macron.

Ils ont aussi protesté contre « la politique capitaliste » du pouvoir en place à Paris, en soulignant que « la maladie mentale frappe le gouvernement », « cette caisse de résonance du patronat, avec des effets particulièrement néfastes chez nous à La Réunion ». Enfin, ils ont appelé le monde du travail et l’ensemble des Réunionnais à « inscrire la belle mobilisation de ce jeudi dans la continuité ; continuons l’unité d’action, c’est notre responsabilité », a notamment déclaré Ivan Hoareau en conclusion, en soulignant l’importance du rendez-vous du 1er Mai prochain pour une grande manifestation.

Soutien du PCR

Il convient de souligner également que plusieurs organisations associatives, comme ATTAC, et politiques, comme le Parti de Gauche et le PCR, ont apporté leur soutien à cette mobilisation inter-syndicale, avec divers représentants sur place. Le PCR était là avec plusieurs membres de son Conseil politique, et Maurice Gironcel, l’un de ses secrétaires généraux, est venu s’entretenir avec les responsables syndicaux pour leur exprimer la solidarité de son organisation avec leurs combats.

Avant et après le retour de la délégation à la préfecture, d’autres responsables syndicaux ont pris la parole pour exprimer notamment leur soutien aux employés communaux de La Possession, pour dénoncer la politique du Conseil départemental dans le domaine de la santé et pour rappeler avec force : « nou lé pa pliss, nou lé pa moins, rèspèkt anou ! ». Et le rassemblement s’est terminée dans l’émotion et de façon symbolique avec le chant révolutionnaire ‘’l’Internationale’’ proclamé par la foule avec un célèbre militant communiste tamponnais, Denis Irouva.

JPEG - 100.2 ko
Un millier de personnes devant la préfecture hier.
La motion de l’inter-syndicale remise au représentant de l’État

« Contre l’austérité, le pacte de responsabilité, la loi Macron et la réforme territoriale »


Alors que les salaires sont bloqués, les salariés s’appauvrissent, aucun emploi n’est créé si ce n’est des contrats aidés, le chômage et la précarité explosent : le gouvernement poursuit sa politique de rigueur et d’austérité.

Toutes les garanties collectives (le Code du Travail, les statuts, les conventions collectives…) sont attaquées. Les services publics touchés de plein fouet par la rigueur, sont au bord de l’explosion.

Face à l’entêtement du gouvernement à poursuivre ses politiques d’austérité et de rigueur, FO, CGTR, FSU et Solidaires ont appelé les salariés du privé comme du public, à une journée de grève interprofessionnelle et à manifester ce jeudi 9 avril contre le pacte de responsabilité, la rigueur budgétaire, la réforme territoriale et la loi Macron, qui aggravent la situation des Salariés, des Retraités et des Privés d’emploi.

Ces politiques d’austérité se traduisent par :
– Le pacte de responsabilité (40 milliards d’euros en moins pour la sécurité sociale et offerts aux patrons et 50 milliards de baisse des budgets de fonctionnement pour le service public..)
– La loi Macron qui banalise le travail du dimanche, le travail de nuit et casse le code du travail en facilitant les licenciements.
– La Réforme territoriale qui va induire des lois de régionalisation et détruire les services de l’Etat à La Réunion

Par conséquent, afin de créer le rapport de force nécessaire pour faire reculer le patronat et le gouvernement, FO, la CGTR, la FSU et Solidaires exigent :

– L’arrêt de l’austérité, assez de régression sociale
– Le retrait du pacte de responsabilité
– Le Retrait de la loi Macron
– L’augmentation des salaires, des pensions et des minimas sociaux !
– La création de postes nécessaires dans la fonction publique au service des Réunionnais !
– L’application de toutes les conventions collectives nationales à La Réunion
– Un vrai travail, un vrai salaire pour vivre correctement ! »


Kanalreunion.com