Luttes sociales

Contrats aidés : transparence nécessaire

50% d’emplois aidés en moins dans l’Éducation nationale ?

Manuel Marchal / 3 janvier 2011

Dans un communiqué diffusé hier, un syndicat de personnels de Direction de l’Éducation nationale tire la sonnette d’alarme : d’après ses informations, la moitié des contrats aidés vont disparaître dans les établissements. Mais qui seront les nouveaux patrons de ces travailleurs dont une grande partie du salaire est prise en charge par l’État.

Selon le syndicat Indépendance et Direction (ID) qui regroupe des chefs d’établissements dans l’Éducation nationale, le nombre d’emplois aidés dans les collèges et lycées va diminuer de moitié l’an prochain. Cette coupe a déjà commencé.
Cette nouvelle intervient quelques semaines après la déclaration de la ministre de l’Outre-mer, annonçant la création prochaine de 1.800 emplois aidés le 30 novembre dernier. Moins d’une semaine après cette annonce, l’opinion apprenait que la Région avait décidé d’attribuer des centaines d’emplois aidés à des associations nouvellement créées, pour des soi-disant chantiers se situant uniquement dans les cantons renouvelables de Saint-Paul, comme par hasard.
Dans son discours prononcé à Sainte-Marie, la ministre indiquait par ailleurs que les conditions de co-financement des contrats aidés par l’État seront maintenues. Cela sous-entend donc qu’en cette période difficile, l’État maintiendra son effort.
Mais le communiqué du syndicat ID vient tempérer cette thèse : la moitié des emplois aidés dans l’Éducation nationale sont en train de disparaître.
Sur cette base, il est donc primordial de savoir si La Réunion sera concernée par cette diminution de moitié.
Si cette baisse se vérifie dans notre pays, alors il sera indispensable d’informer l’opinion sur la réaffectation de ces emplois : qui seront les nouveaux patrons ?
2011 est une année d’élections, ce qui signifie que, plus que jamais, toute la transparence devra être faite sur l’attribution des emplois subventionnés par les fonds publics.

M.M.


L’inquiétude du syndicat I.D.

Voici le communiqué du syndicat I.D. relatif à la baisse entamée des effectifs des emplois aidés dans l’Éducation nationale.

« Le syndicat I.D. (Indépendance et Direction), représentatif des personnels de Direction de l’Académie de La Réunion, exprime sa plus vive inquiétude devant la suppression déjà engagée et programmée de 50% des effectifs des contrats aidés au sein de l’Éducation nationale pour l’année 2011.
Devant la gravité de la situation, le Bureau académique a décidé d’adresser une lettre ouverte aux ministres, aux parlementaires, aux présidents des assemblées locales, afin de les alerter sur les conséquences de cette diminution ».



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Alors que les emplois Vie scolaires sont jetés automatiquement au chômage aprés deux ou trois ans, sans avoir bénéficié des obligations liées à ces contrats CUI (accompagnement à la VAE, Formation)nous ne pouvons que constater qu’aujourd’hui la seul solution qu’ils leur restent sont les prud’hommes.
    Grand nombre de jugements des prud’hommes et des cours d’appel sont édifiant et condamne les etablissements recruteurs entre 3000€ et 8000€ tel que nous en avons eu l’exemple sur les jugements :
    LIBOUNE (33), MONTLUCON (03), ORLEANS (45), TOURS (37)ect ...
    Et oui, aujourd’hui chaque ancien EVS qui étaientt en CAV, CAE ou CUI peuvent demander reparation aupres de ces mêmes conseil des prud’hommes ?

    L’Etat c’est permis de baffouer le code du travail ou oubliant depuis la création de ces emplois (2005)les obligations qu’ils devaient apporter à ces salariés en contrtas aidés.

    Afin de faire valloir ces jurisprudence nous restons à votre disponibilité pour vous adresser copie de ces jugements, contactez nous à EVS.Yonne@gmail.com

    Article
    Un message, un commentaire ?






    • Chere(s)
      camarde(s),
      Nous sommes malheureusement prient dans l’engrenage de la societe
      francaise.
      Un petit boulot (E.V.S par exemple) de 2 ou 3 ans puis MERCI ....AU
      REVOIR.... et on va a Pole Emploi.
      Mais il serait bien que tous les EVS en fin de contrat (juin 2011)
      fasse juris’prudence pour les malfacons des contrats (heures de travail,
      formation).
      Donc tous ensemble plus fort.
      Laurence du 43

      Article
      Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com