Luttes sociales

Des jeunes diplômés réunionnais mobilisés pour le droit à un travail

Manifestation devant le Rectorat

Témoignages.re / 20 octobre 2009

Hier matin, à l’appel d’un collectif, des professeurs des écoles, inscrits sur la liste complémentaire, ont manifesté devant le Rectorat. Ils réclamaient une audience au recteur, Mostafa Fourar. Toujours sans emploi, un mois après la rentrée scolaire, ces jeunes professeurs en formation craignent de ne pas être appelés à travailler cette année.

« On va se battre jusqu’au bout, surtout pour ne pas être oubliés », témoigne Corinne Hasemann. La moitié des professeurs des écoles inscrits sur la liste complémentaire réunis devant le Rectorat étaient soutenus par le SGEN-CFDT (Syndicat général de l’éducation nationale), le SE-UNSA (Syndicat des enseignants), le SNUIPP-FSU (Syndicat national unitaire des instituteurs et professeurs des écoles) et le SAIPER (Syndicat alternatif des instituteurs et des professeurs des écoles).
Suite à la réduction des postes, le nombre de ces enseignants inscrits sur la liste complémentaires est passé de 70 l’année dernière à 15 cette année. En outre, si jusqu’à présent tous les professeurs inscrits sur cette liste trouvaient un poste, il ne semble pas que cela sera le cas cette fois. Les effectifs seraient déjà complets alors qu’aucun des 15 professeurs de la liste n’a été appelé à travailler.
Le Ministère de l’Éducation nationale a en effet effectué un redéploiement des mutations traditionnelles. Faute de poste disponible dans leur académie, 70 professeurs ont été mutés sur l’île. Cette opération s’est faite au détriment des professeurs locaux inscrits sur la liste complémentaire. « Nous avons passé un concours difficile, qui devait nous apporter l’assurance de travailler. Aujourd’hui, nous sommes perdus », explique Anne Cabellic. Elle occupait un emploi d’assistante logistique. Elle a été licenciée la semaine dernière après avoir annoncé à son employeur qu’elle avait été inscrite sur la liste complémentaire des professeurs des écoles.
Le concours de professeur des écoles connaît un nombre limité d’admis. Ceux qui n’ont pas été reçus, mais qui ont obtenu de bons résultats, sont inscrits sur cette liste retenant « les meilleurs des moins bons ». Cette inscription leur permet d’être appelés à effectuer des remplacements à long terme, en parallèle de leur formation théorique qui dure 1 an.
En 2010, les critères autorisant à passer le concours seront plus complexes. C’est un Master et non plus une Licence qui sera réclamé. En 2011, les opportunités de passer le concours devraient encore se réduire. Selon Christian Rozier, responsable 1er degré de la SGEN-CFDT, « le ministère veut complètement supprimer cette liste complémentaire ».


Kanalreunion.com