Luttes sociales

Des représentants du monde économique demandent au préfet de restreindre le droit de grève

Chambre d’agriculture, CCI et CMA de La Réunion veulent l’ouverture aux patrons des pompes réquisitionnées

Témoignages.re / 31 janvier 2014

La grève des stations service fait des mécontents chez les patrons. Si les revendications des trois chambres consulaires sont satisfaites par le préfet, alors les 10 stations requisitionnées seront vite insuffisantes. C’est d’ailleurs à se demander si la grève existerait encore. En effet, à partir du moment où les agriculteurs et les patrons pourront se ravitailler en carburant, pourquoi alors exclure les travailleurs de ce droit ?


Grève des stations service à La Réunion depuis jeudi.

Ce matin, la Chambre d’agriculture a adressé un courrier au préfet. Rappelant les difficultés des agriculteurs récemment touchés par le cyclone Béjisa et les problèmes pour les éleveurs, la Chambre verte demande au préfet d’autoriser les agriculteurs à utiliser les pompes réquisitionnées par la préfecture, sur présentation d’un justificatif professionnel.

Pour les éleveurs, la grève peut avoir des effets sanitaires importants. Car les animaux pourront manquer de nourriture faute de livraison. Cette question pourrait avoir d’importantes conséquences, et il appartient donc aux pouvoirs publics de veiller à éviter une catastrophe environnementale.

Quant aux présidents de la Chambre de commerce et de la Chambre des métiers, ils demandent que les stations réquisitionnées soient ouvertes à toutes les entreprises. Autrement dit, les patrons pourront faire le plein, ainsi que les véhicules servant les sociétés.

Ce dernier point apparaît comme une remise en cause du droit de grève. Car d’un coup, plusieurs dizaines de milliers de voitures pourraient se ravitailler. Nul doute qu’il faudrait dans ce cas réquisitionner bien plus que 10 stations pour que les files d’attentes ne constituent pas des troubles à l’ordre public.

Enfin, si les patrons avaient le droit de faire le plein malgré une grève des stations essence, pourquoi les travailleurs ne seraient-ils pas traités de la même façon ?

Autrement dit, l’application de la revendication de la CCI et de la CMA signifierait la fin de la grève. Qu’en pensent les gérants de stations service, eux aussi chefs d’entreprise au même titre que les ressortissants des chambres de commerce et des métiers ?

 M.M. 


Kanalreunion.com