Luttes sociales

Des Réunionnais condamnés au pain sec et à l’eau sucrée

Lutte contre la pauvreté

Manuel Marchal / 16 août 2016

Près de la moitié des Réunionnais vivent en dessous du seuil de pauvreté. Derrière cette donnée, ce sont des drames quotidiens. Ils sont le résultat d’un bilan de 70 ans de politiques qui n’ont pas réussi à éradiquer la grande pauvreté de La Réunion.

JPEG - 56.5 ko
Près de la moitié des Réunionnais vivent sous le seuil de pauvreté. (photo Toniox)

Dans son édition d’hier, le Quotidien évoque les actions d’une association de Saint-Louis qui cherche à venir en aide aux plus démunis. Elle donne trois illustrations de la grande pauvreté. Un homme qui ne recevait plus ses prestations sociales et qui mangeait du papier journal avec du ketchup. Une personne handicapée qui survivait avec du pain sec et de l’eau sucrée depuis plusieurs semaines. Des retraités qui doivent se débrouiller avec 250 euros par mois. Pour eux aussi le régime alimentaire se rapproche du pain sec et de l’eau sucrée. Autant de situations qui rappellent combien la vie est très difficile pour une grande partie de la population.

La pauvreté à vie

Nous sommes pourtant en 2016, et depuis 70 ans La Réunion n’est plus une colonie mais un département. Malgré tout, la grande pauvreté est toujours là, et elle est massive. Près de la moitié de la population vit en effet en dessous du seuil de pauvreté. Ce fait est une conséquence du chômage de masse qui touche La Réunion depuis des décennies. Le durcissement des conditions pour avoir droit à une retraite complète n’arrangera pas la situation. Dans une île où près de 30 % des travailleurs sont au chômage, comment réussir à avoir les 42 années de cotisation ? L’application de cette loi condamne une grande partie de la population à être dans la pauvreté pendant toute sa vie.

Pas au centre des préoccupations

La croissance démographique de La Réunion continue. Elle comptera un million d’habitants au moment où la loi sur l’égalité réelle est censée avoir produit tous ses effets. Or, ce texte ne remet pas en cause les politiques mises en œuvre au cours des 70 dernières années. Elles ont amené près de la moitié de la population sous le seuil de pauvreté. Avec la poursuite d’un tel système, La Réunion comptera 500.000 pauvres dans 15 ans.

L’urgence sociale devrait être au centre des préoccupations d’un texte fixant le cadre de La Réunion pour les 20 prochaines années. Cela voudrait dire créer les conditions pour sortir tous les ans plus de 10.000 personnes de la pauvreté. Depuis 70 ans, aucune mesure n’a jamais réussi à atteindre cet objectif. Pourtant dans le monde, d’autres pays arrivent à faire reculer massivement la pauvreté.

M.M.


Kanalreunion.com