Luttes sociales

Des Réunionnais surendettés à cause du chômage

Nouvelle conséquence de la casse des grands chantiers

Sanjiv Dinama / 16 août 2010

Au deuxième trimestre 2010, 302 dossiers ont été déposés devant la commission de surendettement, soit une progression de 4,1% par rapport au trimestre précédent.
Depuis début 2009, le nombre de dossiers a franchi un nouveau palier passant de 188 dossiers en moyenne par trimestre en 2008 à 286 dossiers en 2009 et 296 sur le premier semestre 2010. La période actuelle de récession économique à La Réunion appelle à la plus grande vigilance. Pour régler le problème du pouvoir d’achat des ménages, il faut avant tout leur fournir des emplois avec un salaire décent qui leur permettrait de subvenir à leur besoin par leur travail. Or le nombre de défaillance d’entreprise a progressé. Le secteur de plus touché reste la construction avec 47% de défaillance. La baisse sans précédent des investissements de la Région cette année ne va pas améliorer la situation.

Au deuxième trimestre 2010, 302 dossiers ont été déposés devant la commission de surendettement, soit une progression de 4,1% par rapport au trimestre précédent et de 2,4% par rapport au même trimestre en 2009.
Depuis début 2009, le nombre de dossiers a franchi un nouveau palier passant de 188 dossiers en moyenne par trimestre en 2008 à 286 dossiers en 2009 et 296 sur le premier semestre 2010.
La période actuelle de récession économique à La Réunion appelle à la plus grande vigilance. La lecture des offres d’emplois enregistrées par la Direction du Travail fait apparaître l’ampleur de la crise structurelle de notre pays. Une crise d’abord liée à la pénurie d’emplois. C’est tout d’abord une baisse considérable du nombre d’offres d’emplois qualifiées de "durables", et une hausse des licenciements. On a atteint les 135 000 demandeurs d’emploi.

Les grands projets structurants auraient permis de faire face

Pour régler le problème du pouvoir d’achat des ménages, il faut avant tout leur fournir des emplois avec un salaire décent qui leur permettrait de subvenir à leur besoin par leur travail. Or sur l’année 2009, on a enregistré 456 défaillances d’entreprises. Le secteur de plus touché reste la construction avec 47% de défaillance au 4ème trimestre 2009. Rappelons que les grands projets structurants comme le tram train, la MCUR, ou encore la rocade du Tampon auraient permis au secteur de la construction de faire face à la récession actuelle. Ces projets étaient également créateurs d’emploi. Malgré la crise, la Région avait toujours su être un rempart. La baisse sans précédent des investissements cette année ne va pas améliorer la situation.
Ce phénomène est très inquiétant, car ce sont les investissements qui créent des emplois pour les Réunionnais à La Réunion.

Sanjiv Dinama


Forte progression des dettes sociales des entreprises

La "Lettre de l’IEDOM" fait part des difficultés des entreprises pour payer leurs cotisations sociales, ce qui contribue à la hausse du déficit de la Sécurité sociale.

« Les entreprises réunionnaises continuent d’éprouver des difficultés de trésorerie, notamment pour régler leur dette sociale. Ainsi, à fin juin, l’encours des arriérés de cotisations sociales à la Caisse générale de sécurité sociale (CGSS) a bondi de 68,1% sur un an. Entre juin 2008 et juin 2010, l’encours a plus que doublé sur la période (+144%).
L’accroissement de l’encours provient principalement d’une explosion du nombre d’arriérés : 5 302 dossiers à fin juin 2010, soit une hausse de 56,4% en glissement annuel (+132% par rapport à juin 2008). En outre, le montant moyen d’arriérés est également en augmentation de 7,5% sur un an. »


Augmentation des impayés

La crise se manifeste également par une augmentation des impayés, comme le précise la dernière "Lettre de l’IEDOM".

« Au deuxième trimestre 2010, la trésorerie des entreprises a semblé connaître certaines tensions. En effet, le nombre d’effets de commerce impayés a progressé de 10,9% par rapport au trimestre précédent. Le montant d’impayés s’est accru également mais avec une intensité moins prononcée (+4,2%).
En 2009, le nombre d’impayés s’est accru de 33,3% sur l’ensemble de l’année par rapport à 2008. En effet, la baisse observée sur la deuxième moitié de l’année (-9,5% entre le premier et deuxième semestre 2009) n’a pas compensé l’explosion du montant d’impayés observée au premier semestre : +60,1% en glissement annuel. »


Kanalreunion.com