Luttes sociales

Des vélos fleuris pour la pérennité de nos retraites

Les profs d’EPS à la grève du 24 juin

Témoignages.re / 19 juin 2010

Les profs d’EPS défileront en vélos fleuris le 24 juin prochain pour attirer l’attention de la population quant à l’avenir des retraites.

Philippe Manenc, secrétaire académique du SNEP FSU (Syndicat national de l’éducation physique), a tenu une conférence de presse hier pour, entre autres, annoncer une action originale à l’occasion de la grève du 24 juin contre la réforme des retraites. Toutes les organisations syndicales sont invitées à participer à cette action : le CORSO fleuri vélocipédique. C’est-à-dire « un défilé de véhicules hétéroclites décorés de fleurs fraîches qui parcourent les rues en les distribuant au public pour apporter joie et bonheur à tous. Pour faciliter l’action, nous proposons des vélos décorés de ballons, de banderoles, de fleurs. Sur le guidon avant seront attachées deux tentes, l’une avec des tracts, l’autre avec des fleurs. Objectif, distribuer à chaque passant une fleur et un tract court et explicatif. Pour ceux qui n’auront pas de vélo, un panier dans chaque main et on fait la même chose ».
Le SNEP FSU envisage ainsi de distribuer près de 10.000 tracts et fleurs pour les retraites. Il est prévu de préparer les vélos devant le Rectorat, avant d’aller mobiliser les étudiants à l’université, et une escale au Conseil régional. La manifestation partira ensuite du Petit Marché pour rejoindre la Préfecture.

D’autres sujets d’inquiétude ont été abordés par le SNEP, sans être à l’ordre de la grève du 24 juin. À commencer par la réforme de la formation des enseignants. Dès la rentrée, les enseignants stagiaires devront assurer un quasi temps complet, de 17 heures hebdomadaires pour les profs d’EPS, sans réelle formation. Un apprentissage du métier sur le tas que déplore le syndicat, notamment en EPS où la sécurité des élèves est mise en jeu. Une lettre ouverte aux parents d’élèves sera adressée aux associations pour alerter sur les conditions de la prochaine rentrée.
Par ailleurs, le SNEP a recensé pas moins de 80 postes « cachés » en EPS, qui pourraient donc être ouverts au concours de recrutement des enseignants. Mais ces postes sont attribués sous formes d’heures supplémentaires pour des raisons budgétaires.
Autre sujet évoqué : la suppression des subventions de l’UNSS cette année. Selon le SNEP, les élèves devront désormais payer 5 euros de plus pour une licence individuelle.

EP


Kanalreunion.com