Luttes sociales

Deux grands services pour des emplois durables face à des besoins réels

Environnement et aide à la personne

Manuel Marchal / 30 novembre 2012

Au lendemain de l’annonce de l’inscription de plus de 160.000 Réunionnais à Pôle emploi, deux manifestations ont témoigné de l’inquiétude de plusieurs centaines de travailleurs précaires dans l’environnement et l’aide à la personne. Rappelons que le Parti communiste réunionnais propose la création de deux grands services dans ces secteurs afin de pérenniser les travailleurs précaires.

JPEG - 80.7 ko

Hier, une centaine de manifestants s’est rassemblée devant la préfecture. Ils demandaient le renouvellement de plus de 900 contrats emplois-verts co-financés par la Région. La responsabilité des pouvoirs publics dans cette crise est clairement engagée. Depuis le changement de majorité à la Région, le nombre d’emplois précaires financés par cette collectivité a explosé. Pour sa part, l’État n’a pas les mêmes chiffres. Il estime que sur 1.487 contrats désignés en août dernier par la Région, 1.263 ont déjà été renouvelés. Les 224 restants le seront avant la fin de l’année, indique la Préfecture.

Mais même si les versions divergent, le résultat sera le même. Dans quelques mois se posera la question de l’avenir de tous ces travailleurs embauchés sur des contrats précaires.

Des inquiétudes sur l’avenir

À quelques centaines de mètres de là, des assistantes maternelles se sont enchaînées aux grilles du Conseil général. Elles manifestent pour une amélioration de leurs conditions de travail. Ce mouvement intervient dans un contexte difficile. L’accumulation de la dette de l’État envers le Conseil général amène ce dernier à diminuer certains budgets pour assurer le paiement du RSA. L’aide aux crèches fait partie des dépenses non-obligatoires assurées par le Conseil général. D’où l’inquiétude des professionnels de ce secteur dans cette période de pénurie. Si la subvention publique disparaissait, alors 1.800 emplois seraient menacés, une catastrophe pour ce service d’aide à la personne. Là encore, c’est la précarité alors que des besoins bien réels existent.

Pour la fin du clientélisme

Le Parti communiste réunionnais propose de sortir de cette précarité en ouvrant la voie à la pérennisation de tous ces emplois. C’est la structuration de deux grands services dans l’environnement et l’aide à la personne, financés par la globalisation des subventions de l’État dans les emplois aidés. Dans un souci de transparence dans l’utilisation des fonds publics, le PCR propose que ces deux services soient gérés par une commission paritaire comprenant des représentants des demandeurs d’emploi, des salariés, des employeurs, et de l’État.

Ainsi les travailleurs embauchés dans ces services ne seront plus précaires, ils n’auront plus à se demander si leur contrat sera prolongé, ils seront à l’abri des pressions politiques, car c’en sera fini du clientélisme.

M.M.


Kanalreunion.com