Luttes sociales

Elargissement du débat sur les propositions

Comment sortir de la crise ?

Manuel Marchal / 6 août 2013

Le "Journal de l’île de La Réunion" d’hier fait sa "une" et accorde trois pages à 10 propositions. C’est un nouveau participant au débat, une initiative à souligner.

JPEG - 104.7 ko
50% des Réunionnais vivent dans la grande pauvreté, c’est une des conséquences du chômage.

La bataille menée depuis le début de l’année dernière pour le maintien du RSTA amène des organisations et des collectivités à la réflexion. A deux reprises, le Conseil régional a adopté une motion présentée par l’Alliance demandant le maintien du RSTA dans l’attente d’une concertation pour pérenniser ce gain de pouvoir d’achat pour les salariés sous-rémunérés. C’est la même chose au Conseil général, où l’initiative du groupe Alliance-PCR a été soutenue par un vote à l’unanimité. Plusieurs communes de différentes directions politiques sont également venues soutenir cette proposition allant dans le sens de celle portée depuis l’an passé par le PCR. C’est le cas de Saint-Pierre sur la base de la motion présentée par Krishna Damour. Pour sa part, l’Intersyndicale est intervenue à ce moment pour également faire part de ses propositions.

La concertation lancée

Avec la grève de la faim de Samuel Mouen, les événements se sont précipités. Le gouvernement a fini par entrer en jeu ; ce qui a donné le communiqué signé par Victorin Lurel, ministre des Outre-mer, daté du 27 juillet.

Il annonce que le préfet est mandaté, « p our travailler, en étroite association avec les parlementaires de La Réunion et les collectivités locales, notamment le Conseil général, à la mise au point de propositions de déclinaison locale des mesures du plan pluriannuel contre la pauvreté décidé lors du comité interministériel du 22 janvier dernier et de la formation des chômeurs pour pourvoir aux emplois vacants, conformément à la détermination du gouvernement à agir en faveur des plus démunis.

Il a également demandé au préfet de recueillir les contributions des syndicats et des associations concernées afin de préparer dans les meilleures conditions la mission confiée par le Premier ministre à François Chereque. Ce dernier, chargé d’animer et de piloter la mise en œuvre du plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté, se rendra à La Réunion » à partir du 21 septembre.

En clair, le ministre des Outre-mer prend acte de la mobilisation et demande de faire remonter les propositions.

Elargissement dans la presse

Une semaine après ce communiqué, ce n’est pas un parti politique ou un élu réunionnais, mais des journalistes du "JIR" qui annoncent 10 propositions.

Force est de constater que plusieurs d’entre elles rejoignent celles de l’Intersyndicale et les motions votées dans les collectivités. Ainsi, le "JIR" interpelle les parlementaires sur des mesures visant à lutter contre la pauvreté, et propose notamment une revalorisation du RSA, et l’ouverture du dialogue entre gouvernement et entreprises pour trouver un compromis permettant de faire face à l’échéance de la fin de la prime COSPAR, le 31 décembre.

Sur le plan institutionnel, c’est la demande d’une « autonomie décisionnelle élargie » qui « ne saurait s’imaginer sans la suppression de l’aberration (et du gaspillage) que constituent deux collectivités (Région et Département) (…) une seule assemblée territoriale avec davantage de pouvoirs est donc nécessaire » .

Sur ces 10 propositions, il est clair que tout le monde ne peut pas être d’accord avec tout. C’est la même chose vis-à-vis des propositions du PCR, de l’Alliance, de l’Intersyndicale ou des collectivités. Mais il est possible d’y trouver des convergences. C’est bien pour cela qu’elles ont été rendues publiques. C’est la tâche de chaque acteur.

C’est pourquoi nous republions aujourd’hui les contributions de l’Intersyndicale, du Conseil général et de la Région aux côtés de celles du "JIR".

M.M.

Les 10 propositions du "JIR"

Voici le titre des propositions des journalistes du "JIR" publiées hier.

- Relancer le chantier de l’égalité sociale et augmenter les salaires

- Gouverner plus vite, plus près, plus local

- Baisser davantage les prix à La Réunion

- Accélérer la diversification agricole pour baisser les prix et créer de l’emploi

- Mettre les logements à la portée des bourses réunionnaises

- Dispenser un enseignement raisonné du créole contre l’illettrisme ?

- Ouvrir davantage les formations aux chômeurs

- Des centres médico-sociaux pour se soigner

- Mieux répartir l’aide à la continuité territoriale

- Culture et sport : des efforts restent à faire… dans les mentalités.
Propositions de l’intersyndicale CFTC, CFE-CGC, CGTR, FO, FSU, SOLIDAIRES, CFDT, UNSA

Extrait de la motion Salaires adoptée le 27 juillet dernier à Saint-Denis.

« Les militants des organisations syndicales, citées ci-dessus, réunis le 27 juillet 2013 à la salle polyvalente de la mairie de Saint-Denis, exigent :

- Une politique de revalorisation salariale tenant compte de l’impact de l’inflation et des gains de productivité ;

- L’abrogation de l’article 16 de la loi PERBEN et l’application de toutes les conventions collectives nationales sur le territoire réunionnais

- L’ouverture immédiate d’une négociation sur la pérennisation du bonus COSPAR ;

- Le maintien du RSTA pour tous les salariés bénéficiaires ou en ayant bénéficié ;

- La tenue d’une conférence sociale annuelle.
Propositions du Conseil général

Extrait de la motion adoptée par l’assemblée du 28 juin :

« Les élus du Conseil général réunis en assemblée plénière le 28 juin 2013

- demandent au gouvernement de revoir sa position et de maintenir, au titre de la solidarité nationale, le RSTA jusqu’à la reprise de la croissance qui seule, permettra aux employeurs de compenser la disparition du dispositif par une augmentation des salaires de leurs employés.

- demandent le cas échéant, la tenue d’une table ronde réunissant l’ensemble des forces vives de La Réunion pour qu’une proposition de réaffectation des 42 millions d’euros alloués au titre du RSTA soit faite au gouvernement. Dans une période de crise économique et sociale sans précédent, cette aide financière constitue un levier indispensable au redémarrage de l’activité qui ne doit pas être amputé aux Réunionnais. »
Propositions du Conseil régional

Extrait de la motion présentée par les Conseillers régionaux du groupe de l’Alliance adoptée à l’unanimité par l’Assemblée plénière du Conseil régional du 18 avril 2013.

« Le Conseil régional, réuni en assemblée plénière :

- réaffirme les termes de la motion du groupe de l’Alliance présentée le 14 décembre 2012 posant clairement le principe qu’en aucun cas la suppression du RSTA et son remplacement par le RSA ne devra se traduire par une perte de revenus pour les salariés actuellement bénéficiaires du RSTA ;

- cette garantie n’ayant pas été apportée, demande au gouvernement de prolonger la période de cohabitation du RSA et du RSTA jusqu’à la date du 31 décembre 2013, le temps d’effectuer et de rendre publiques les simulations et d’ouvrir la concertation avec les organisations syndicales. »

Extrait de la motion du groupe de l’Alliance relative aux conséquences de la suppression du RSTA, adoptée le 21 juin par le Conseil régional.

« Le Conseil régional :

- Exprime son soutien à la demande d’organisation d’une table ronde initiée par les organisations syndicales et relayée par le collectif des associations

- Demande au Gouvernement de suspendre sa décision de suppression du RSTA dans l’attente de l’organisation de cette table ronde, des préconisations qui en découleront et des décisions qu’il pourrait prendre, notamment concernant la réforme du RSA »


Kanalreunion.com