Luttes sociales

Embauche des Réunionnais : Arèt taz a nou !

Recrutements pour le chantier de la Centrale thermique du Port

Témoignages.re / 11 août 2011

Suite à la rencontre des manifestants avec la Direction de la Centrale EDF du Port mercredi, un collectif composé de l’ARCP, l’AJFER, l’UNEF, Agir Pou Nout Tout et le Comité des chômeurs du Port, estimant que des zones d’ombre entourent cette affaire, ont hier matin rencontré la Direction du Pôle Emploi afin d’évoquer avec elle le recrutement des personnes sur le chantier. Voici le communiqué du collectif.

Après les déclarations à la presse du directeur d’EDF qui tend à renvoyer la responsabilité au Pôle Emploi, l’objet de la réunion était de tenter d’établir la vérité sur les rôles et responsabilités de chaque acteur.

Le directeur du Pôle Emploi, M. Minatchy, a indiqué qu’ils ont eu à traiter, sur les 1.200 emplois, 350 recrutements et qu’ils n’ont pas eu de difficultés à trouver la main-d’œuvre requise au niveau local. Le Pôle Emploi a par ailleurs financé une cinquantaine de formations destinées à faire acquérir aux demandeurs d’emploi certaines spécialités nécessaires.

Concernant les autres emplois, certaines entreprises du BTP auraient recruté dans leurs contacts des personnes qui ont déjà travaillé et qui, frappées par la crise, se sont retrouvées au chômage.

Mais le problème de fond réside, selon le directeur du Pôle Emploi, dans le fait que les offres d’emplois ne passent pas forcément par eux. Ainsi, aujourd’hui, ce sont plus de 55% des offres d’emplois qui passent par d’autres canaux que le Service public.

A partir de là, le collectif considère les propos du directeur d’EDF comme un mensonge. Selon eux, le directeur d’EDF ne peut affirmer avec certitude que les Réunionnais ne disposaient pas des qualifications demandées puisque ces offres n’ont pas été présentées au Pôle Emploi. En effet, sur le chantier de la construction de la Centrale EDF du Port, 850 emplois ne sont pas passés par le Pôle Emploi qui regroupe le plus de demandeurs d’emploi.

Le collectif considère qu’une fois encore, des centaines d’emplois ont échappé aux Réunionnais et que le problème de la qualification n’est pas un argument recevable. Plus largement, il est primordial de faire toute la transparence sur les offres d’emplois disponibles à La Réunion et de permettre au plus grand nombre d’en prendre connaissance.

Finalement, sur ce chantier, les offres d’emplois n’ont pas été envoyées là où sont les demandeurs. L’emploi étant de la responsabilité de l’État et cette affaire touchant deux organismes de service public qui se contredisent, le collectif espère que la Préfecture sortira de son silence.

A l’heure des fichiers stigmatisant les plus pauvres, une pareille initiative sur la transparence des offres d’emplois sur l’île servirait de toute évidence un peu plus l’intérêt général.


Jean-Hugues Ratenon : « EDF a triché »

« Le directeur d’EDF, Patrick Bressot, a menti sur les chiffres de recrutement à la Centrale thermique du Port ». C’est le constat fait par Jean-Hugues Ratenon, président de l’Alliance des Réunionnais contre la pauvreté (ARCP), et des représentants associatifs qui ont rencontré hier matin le directeur de Pôle Emploi. La délégation voulait « faire la lumière » sur les recrutements locaux à la Centrale thermique du Port.

La veille, mardi 9 août, environ 200 personnes avaient manifesté devant la Centrale thermique du Port afin de dénoncer les méthodes de recrutement d’EDF. Face à la colère des manifestants, Patrick Bressot avait accepté de rencontrer une délégation pour faire le point sur ce recrutement. Il précisait alors que 1.200 salariés travaillaient sur le site. Il affirmait également qu’EDF avait tenté de privilégier le recrutement local. Mais, selon lui, Pôle Emploi n’avait pas été en mesure de satisfaire toutes les demandes.

« C’est faux », répond Jean-Hugues Ratenon. « Le directeur de Pôle Emploi nous a affirmé que sur les 350 offres déposées, toutes ont été pourvues », Quid des 850 autres postes ? « Le directeur de Pôle Emploi nous a répondu qu’il n’avait eu aucune offre sur ces 850 postes. Le flou est total sur ce sujet », indique Gilles Leperlier, président de l’Alliance des jeunes pour la formation et l’emploi à La Réunion (AJFER). « Dans ce cas, comment le directeur d’EDF peut-il affirmer que les travailleurs réunionnais n’avaient pas l’expertise nécessaire pour les autres postes s’il n’a pas consulté Pôle Emploi ? », s’interroge Jean-Hugues Ratenon. « EDF a triché, on nous a menti sur ce dossier », s’insurge le président de l’ARCP.

Afin de lever le brouillard qui entoure ce dossier, Jean-Hugues Ratenon demande l’intervention du préfet. « C’est à lui de taper du poing sur la table. Des travailleurs européens ont été recrutés pour la construction. Il ne faut pas que cela se reproduise pour le fonctionnement de la Centrale », termine Gilles Leperlier.


Kanalreunion.com