Luttes sociales

Emploi dans l’Éducation nationale : les jeunes Réunionnais demandent la transparence

Mobilisation hier lors de la réception par le recteur des enseignants venant d’autres Académies

Témoignages.re / 20 août 2009

Une quinzaine de membres du syndicat étudiant UNEF (Union nationale des étudiants de France) ont interpellé le recteur de l’Académie, Mosta Fourar, ce mercredi 19 août 2009 lors de l’accueil des nouveaux enseignants affectés sur l’île. Cause de cette manifestation, « parmi les 158 qui enseigneront au sein des écoles primaires cette année, 70 postes surplus », indique Gilles Leperlier, président de l’UNEF.

C’est à 14 heures 30 que Mostafa Fourar est arrivé à l’université de La Réunion afin de rencontrer les professeurs fraîchement débarqués dans l’île. Originaires de La Réunion ou de métropole, ils seront 672 à enseigner dans les écoles, collèges et lycées de l’île. Plus précisément, 158 sont affectés dans le premier degré et 514 dans le second degré.
C’est dans le premier degré que la controverse est née. En effet, parmi les 158 professeurs qui ont été recrutés, 70 n’ont toujours pas de poste, ce qui provoque la colère de l’UNEF mais aussi du PCR et du collectif Agir pou nout tout qui ont crié au « scandale » à plusieurs reprises. C’est suite à ce constat que des étudiants ainsi que Jean-Hugues Ratenon, président du collectif Agir pou nout tout, se sont rendus à la rencontre organisée par le Rectorat.
Ils souhaitaient que la lumière soit faite sur la procédure de recrutement. « Comment se fait-il qu’il y ait 70 enseignants en trop et que feront-ils désormais ? », a demandé Gilles Leperlier au recteur à son arrivée.
Mostafa Fourar a accepté de s’expliquer auprès du représentant de l’UNEF en affirmant qu’il n’avait « rien à cacher ». « Il y a chaque année des départs et des arrivées. Nous estimons ces chiffres et nous opérons un recrutement. Il arrive que ces chiffres ne soient pas exacts donc il y a parfois plus d’enseignants que prévus », a répondu le responsable de l’Académie. « Mais tous seront affectés à un poste au cours de l’année », a t-il promis.
Gilles Leperlier a également interpellé le recteur sur le recrutement de ces enseignants. « Pourquoi les enseignants originaires de La Réunion ne sont-ils pas prioritaires ? », s’est-il interrogé. Réponse du recteur, « je souhaite accueillir des professeurs venant de divers horizons ». Face aux multiples questions des étudiants, Mostafa Fourar leur a donné rendez-vous « dans les prochains jours » afin de leur présenter « les chiffres et la façon dont le recrutement est fait ». À la suite, de cet entretien, Gilles Leperlier s’est dit « satisfait » des premières réponses obtenues et espère « en obtenir plus » lors de la prochaine rencontre.


Kanalreunion.com