Luttes sociales

« Enseigner est un métier qui s’apprend, l’école est en danger »

Gilles LEPERLIER, Président de l’UNEF Réunion

Geoffroy Géraud-Legros / 16 décembre 2009

Hier, les étudiants de l’IUFM, de l’université et des lycéens ont manifesté contre la réforme de la formation des enseignants. Gilles Leperlier, président de l’UNEF Réunion a répondu à nos questions, afin de préciser les tenants et les aboutissants de ce mouvement.

Quel était l’objet de la manifestation d’hier ?

- Si l’UNEF revendique depuis longtemps la reconnaissance des 2 années de formation à l’IUFM par la délivrance d’un Master, elle dénonce les orientations actuelles d’une réforme de la formation des enseignants motivée avant tout par la recherche d’économies budgétaires. La mobilisation dans les universités de l’an dernier a permis d’obtenir le report d’un an de cette réforme dite « mastérisation ». Pourtant, ce report unanimement réclamé n’a pas permis d’ouvrir de réelles concertations pour la mise en place d’une autre réforme à la rentrée 2010. Pire, Luc Chatel, le nouveau ministre de l’Education nationale, et Valérie Pécresse ont fait le choix du passage en force en publiant au mois de juillet des décrets fixant les épreuves des futurs concours au cours de l’année de Master 2 et en confirmant ce choix lors des annonces sur le détail de la réforme le 13 novembre dernier. Ces choix idéologiques remettent en cause un schéma de formation qui avait permis une démocratisation de l’accès aux métiers de l’enseignement. En effet, les projets du gouvernement ont pour objectif de faire des économies en supprimant la 5ème année de formation rémunérée, et de prendre une revanche idéologique en supprimant les IUFM et en sacrifiant la formation professionnelle et pédagogique des futurs enseignants.

JPEG - 17.6 ko
Schéma de la formation des enseignants

Une délégation a été reçue : par qui et qu’en est-il ressorti ?

- Une délégation d’étudiants et de formateurs a été reçue par le secrétaire général du Rectorat à Saint-Denis et par le responsable de la Cohésion sociale de la Sous-préfecture de Saint-Pierre. Dans les deux situations, l’écoute a été cordiale et les délégations sont ressorties avec le même engagement, à savoir que leurs revendications seront transmises aux personnes concernées.

Quelle est, selon vous, la suite du mouvement ?

- Le 18 décembre 2008, l’UNEF Réunion organisait une manifestation unitaire dans les rues du chef lieu, avec plus de 1.500 lycéens et étudiants pour dénoncer la mastérisation de l’IUFM et la dégradation du système éducatif.
Un an après, des centaines d’étudiants, lycéens et enseignants se mobilisent à Saint-Denis et à Saint-Pierre pour exiger la remise à plat de la réforme impliquant le retrait des décrets concernant la formation des enseignants et des textes d’application déjà publiés et l’ouverture indispensable de réelles négociations. Dans les jours à venir, le collectif de l’IUFM et tous les acteurs du monde universitaire vont interpeller l’ensemble des élus locaux et une pétition est déjà en ligne afin de sensibiliser le plus grand nombre.
Au regard des mouvements étudiants qu’ont connu notre île en ce début d’année 2009, et après la réussite de la mobilisation d’aujourd’hui à la veille des vacances, le ton semble donné pour la venue du chef de l’Etat dans notre île et pour la reprise universitaire de janvier.
Enseigner est un métier qui s’apprend, l’école est en danger ! Nous sommes tous concernés.

Propos recueillis par Geoffroy Géraud


Kanalreunion.com