Luttes sociales

Éric Magamootoo : l’État ne versera que 25 millions de dotation par an

Appel du président de la CCIR à ne pas supprimer le tram-train

Témoignages.re / 18 mai 2010

Dans une conférence de presse tenue hier, Éric Magamootoo, Président de la Chambre de commerce et d’industrie de La Réunion (CCIR), demande « solennellement » à Didier Robert de « réunir d’urgence » l’Assemblée plénière de la Région « afin de discuter en toute transparence et toute objectivité » du projet Tram-train. Selon de nouveaux éléments, ce ne sont plus 80 mais 25 millions qui manquent en provenance de l’État pour le paiement d’une redevance annuelle.

« Depuis 15 jours, les finances de la Grèce, et dans une moindre mesure l’Espagne et le Portugal, ont plongé dans un endettement grave. La France n’échappera pas à cette crise », énonce Éric Magamootoo. D’ailleurs, souligne-t-il, le président de la République « a clairement dit qu’il fallait réduire de 10% les dépenses de fonctionnement de l’État ». Cette situation « aura forcément des répercussions à La Réunion où pour le 23ème mois consécutif, le chômage augmente, et où nos entreprises sont exsangues. Nous sommes dans un contexte de difficulté extrême, je n’ai jamais vu cela. Il faut que nous soyons fixés sur les intentions de la Région concernant le projet Tram-train ».



Il affirme que « les entreprises ne voient pas de sortie à la crise. Tout le monde économique de La Réunion est suspendu à la date du 31 mai prochain » (date butoir fixée dans le contrat liant Tram Tiss, le groupement attributaire du marché, et la Région pour le lancement définitif du projet Tram-train - ndlr). « Il faut absolument que la Région se réunisse avant cette date », estime Éric Magamootoo. Passé cette date, « le projet Tram-train n’existera plus », rappelle le président de la CCIR. « Les Accords de Matignon eux-mêmes seront remis en cause », ajoute-t-il. Car, au vu du contexte économique actuel, le président de la CCIR est plutôt pessimiste sur une réaffectation éventuelle des crédits contractualisés dans ces Accords de Matignon sur un nouveau projet. 



Or, énumère le président de la CCIR, la réalisation du tram-train selon le projet actuel est synonyme « de 1,5 milliard d’investissement total, dont 333 millions de travaux en sous-traitance confiés à des entreprises locales, de 189 millions en fournitures achetés localement et de 7.000 emplois pendant 15 ans ». Monter un nouveau projet nécessitera entre 4 et 8 ans « sans être certains d’avoir la garantie financière de l’État ». 



D’où sa demande de prolongation de trois mois du sursis à exécution ou à suppression du projet Tram-train. En décembre 2009, rappelons-le, la Région avait obtenu de Tram Tiss un délai suspensif à l’exécution du contrat. Le temps pour la collectivité de négocier avec l’État une rallonge budgétaire de 80 millions d’euros par an pour la réalisation du projet. Seule l’Assemblée plénière peut obtenir du groupement un nouveau délai de trois mois. « La Région pourra ainsi mettre le dossier en débat et l’analyser en toute transparence et en toute objectivité », note le président de la CCIR. 

Cela d’autant, dit-il, que de nouveaux éléments de réflexion sont apparus. « Selon des informations sérieuses que nous avons pu obtenir, la rallonge budgétaire demandée à l’État au titre de la dotation ferroviaire peut être ramenée de 80 à 25 millions d’euros par an. Il faut que la Région fasse tout l’éclairage sur cette nouvelle donnée ».

Il poursuit : « j’ai eu des entretiens privés avec le Président Robert bien avant aujourd’hui. Nous avons évoqué ensemble toutes les possibilités concernant la poursuite ou non du projet. Aujourd’hui j’officialise la démarche ». Éric Magamootoo s’est en effet engagé à envoyer un courrier à Didier Robert dès hier pour lui demander d’organiser l’Assemblée plénière de la Région. « Car qu’on le veuille ou non, La Réunion a besoin de grands projets pour faire face la crise phénoménale que nous vivons », soutient-il. Éric Magamootoo demande d’ailleurs à tout le monde « de se rassembler en mettant de côté les divergences politiques car il en va de l’intérêt général de La Réunion ». 




Kanalreunion.com