Luttes sociales

« Et si, aujourd’hui, nous avions raison de vous interpeller pour, qu’à votre tour, vous vous révoltiez ? »

Belle réussite de la célébration du 60ème anniversaire de l’appel de l’abbé Pierre

Témoignages.re / 3 février 2014

Samedi matin à 11 heures, environ 300 Réunionnaises et Réunionnais venu(e)s des différentes régions du pays se sont rassemblé(e)s sur le vélodrome de Champ-Fleuri à Saint-Denis pour célébrer le 60ème anniversaire du célèbre appel lancé le 1er février 1954 en France sur une radio privée par un prêtre solidaire des plus pauvres, l’abbé Pierre.

JPEG - 76 ko
Environ 300 personnes se sont réunies sur le vélodrome de Champ-Fleuri en formant le chiffre 60 pour commémorer le 60ème anniversaire de l’appel de l’abbé Pierre à la lutte contre la pauvreté.

Ces personnes ont répondu à l’invitation des divers responsables d’organisations réunionnaises qui continuent le combat lancé il y a 60 ans par ce prêtre humanitaire, ex résistant et maquisard anti-nazi : Nicole Chon-Nam, Présidente d’Emmaüs Réunion, Patrice Lafuente, Président d’Emmaüs Grand Sud, et Thierry Hergault, Directeur régional de la Fondation Abbé Pierre.

Les participant(e)s à cette célébration se sont réuni(e)s sur le stade, nommé "Place des Sans- Voies", en formant tous ensemble le chiffre 60 devant des militants portant des pancartes avec ces deux années : 1954 et 2014. La cérémonie a commencé par la rediffusion de l’appel de l’abbé Pierre, qui a suscité beaucoup d’émotion dans le public, voire des larmes, tant l’appel de ce prêtre devant les souffrances des plus pauvres était intense pour refuser l’indifférence.

Ensuite, les responsables des mouvements organisateurs de la célébration ont lu un vibrant "appel du 1er février 2014", intitulé : « Et si, depuis 60 ans, nous avions raison ? ». Voici le texte intégral de cet appel à l’engagement, qui concerne l’ensemble du peuple réunionnais.

« Nous vivons en ce début du 21ème siècle une crise politique, économique, sociale et environnementale qui marque la fin d’un système et la perte de valeurs morales fondatrices de notre société. Ses effets sur les populations les plus fragiles sont INSUPPORTABLES et INTOLÉRABLES.

Le 1er février 1954, alors que la Nation se relevait à peine de la guerre, l’abbé Pierre a lancé un appel ("Mes amis, au secours....") pour mettre à l’abri du froid glacial les personnes à la rue. Les autorités politiques ne l’ont pas immédiatement suivi, mais les citoyens oui ! Cet appel du 1er février 54, déclencha "l’insurrection de la bonté".
Après le décès du fondateur de notre Mouvement, nous, à Emmaüs avons tous ensemble affirmé que nous devions poursuivre le combat qu’il a mené toute sa vie, avec courage et ténacité.

Nous, compagnons, amis, bénévoles, salariés d’Emmaüs, continuons de partager avec l’abbé son indignation face aux injustices et à la misère. Portés par ses principes "Aider à aider", et nous demandant toujours "Et les autres ?", nous lançons un nouvel appel ! Ce que certains voient comme une utopie a pourtant fait ses preuves à travers le monde.
Nous, à Emmaüs, sommes convaincus qu’une société vivable est une société qui accueille et dans laquelle chacun a sa place !

JPEG - 48.9 ko
Une partie des manifestants. Le "Manifeste Universel d’Emmaüs" (1969) lance un appel à « agir pour que chaque Homme, chaque société, chaque nation puisse vivre, s’affirmer et s’accomplir dans l’échange et le partage, ainsi que dans une égale dignité ».

Depuis 60 ans, nous accueillons de manière inconditionnelle, toute personne qui se présente, dans le strict respect de la liberté et de la dignité de l’autre. À Emmaüs, l’aidé devient l’aidant. Ce sont les personnes rejetées et stigmatisées par la société qui montrent qu’elles ont tout à donner.

Depuis 60 ans, nous proposons à chaque personne accueillie un accompagnement global (hébergement, logement, activité,...) pour retrouver dignité, autonomie et confiance en soi.

Depuis 60 ans, nous développons des alternatives économiques et sociales avec les plus pauvres, les plus isolés, les plus démunis, grâce à des actions d’une grande diversité qui s’adaptent aux besoins et aux capacités de la personne et non l’inverse.

Et si nous avions raison de remettre l’Homme au centre du système. Et si nous avions raison de déclarer que la misère n’est pas une fatalité.

Et si nous avions raison de vouloir construire une société plus solidaire où l’économique n’est qu’un moyen au service de l’humain.
Il reste cependant beaucoup à accomplir... C’est pourquoi nous vous lançons un nouvel appel.
Plus nous serons nombreux à inventer ensemble des solutions alternatives, plus nous pourrons continuer à faire reculer non seulement les conséquences mais aussi les causes de la pauvreté.
Et si, aujourd’hui, nous avions raison de vous interpeller pour, qu’à votre tour, vous vous révoltiez ?
Et si, aujourd’hui, nous avions raison de vous demander de vous engager ?

Oui, ensemble, pour aujourd’hui et pour demain, investissons dans l’humain. Choisissons la solidarité, personne ne veut de la charité !
C’est parce qu’ensemble, nous continuerons d’inventer et d’agir, qu’il sera possible de faire reculer l’exclusion. Relevons, ensemble, ce défi !
Et si, comme il y a 60 ans, nous avions raison de compter sur vous ? ».


Kanalreunion.com