Luttes sociales

Etudiants étrangers : l’UNEF demande l’abrogation de la circulaire Guéant

Témoignages.re / 6 janvier 2012

Face au tollé suscité par les restrictions apportées au changement de statut des étrangers diplômés qui souhaitent travailler en France, le gouvernement va présenter dans les jours qui viennent une circulaire complémentaire à celle du 31 mai.

Beaucoup de bruit pour des évolutions mineures

Le nouveau texte n’apporte que quelques nuances par rapport à la première circulaire. Loin de garantir le changement de statut pour les étrangers diplômés souhaitant travailler en France, le texte invite les préfets à faire en sorte que « la nécessaire maîtrise de l’immigration professionnelle ne se fasse pas au détriment de l’attractivité du système d’enseignement supérieur, ni des besoins de certaines de nos entreprises en compétences spécifiques de haut niveau ».

A travers ce nouveau texte, le gouvernement se contente d’appeler les préfets à la bienveillance concernant les étudiants à « hauts potentiels » qui se retrouveraient en difficulté. Pour l’UNEF, ces évolutions ne sont pas satisfaisantes, c’est au final encore une fois la logique du « cas par cas » qui prime sur l’établissement de règles claires garantissant les mêmes droits pour tous.

Les restrictions à l’égard des étudiants étrangers se multiplient

En parallèle des restrictions en matière de changement de statut, le gouvernement vient tout juste de prendre deux mesures qui accentuent les difficultés rencontrées par les étudiants étrangers. Depuis septembre, les étudiants étrangers doivent justifier, pour obtenir leur titre de séjour, de ressources mensuelles de 620 euros contre 460 euros auparavant. En parallèle, depuis le 1er janvier, la loi de Finances 2012 prévoit que le renouvellement d’un titre de séjour pour les diplômés qui souhaitent changer de statut coûte entre 200 et 358 euros contre 55 à 70 euros auparavant. Force est de constater que les mesures dissuasives à l’égard des étudiants étrangers se sont accumulées ces derniers mois, et ce, en contradiction avec les discours officiels.

L’UNEF appelle les étudiants à se mobiliser pour le retrait de la circulaire du 31 mai

Pour l’UNEF, le maintien de cette circulaire, injuste et dangereuse, n’est pas acceptable. En l’état, de nombreux diplômés étrangers n’auront pas la possibilité de trouver un emploi. Pour ces raisons, nous appelons les étudiants à se mobiliser pour le retrait de la circulaire Guéant. Nous proposerons, en lien avec les organisations d’étudiants étrangers avec lesquelles nous travaillons, des perspectives d’actions dans les universités.

Nous serons également présents aux côtés des diplômés qui se retrouveront dans des difficultés administratives, afin de les accompagner et de faire pression sur les autorités préfectorales, nous nous battrons pour qu’aucun diplômé souhaitant changer de statut ne soit lésé.

Dans les semaines qui viennent, l’UNEF fera de la question de la place des étudiants étrangers un des sujets majeurs de son intervention publique. Pour cela, nous organiserons, en lien avec nos partenaires, un évènement national permettant d’interpeller les acteurs politiques et d’établir des propositions en faveur de l’amélioration des conditions de vie et d’études des étudiants étrangers.

L’UNEF


Kanalreunion.com