Luttes sociales

Face à une situation "hors norme", une "Garantie Jeunes" au rabais

L’AJEFER – Nou Lé Kapab et la visite du ministre du travail

Témoignages.re / 14 novembre 2013

Dans le cadre de la visite de Michel Sapin, Ministre du Travail, et face au chômage de masse que connaît notre île, l’AJFER-Nou Lé Kapab, sous la signature de son président Gilles Leperlier, a diffusé le communiqué ci-après.

« Vingt-quatre des 28 chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne ont participé mardi 12 novembre 2013 à Paris à une nouvelle conférence consacrée à la lutte contre le chômage des jeunes. 48 heures après, le Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, Michel Sapin, arrive à La Réunion où 60% des jeunes sont au chômage.

Pour faire face au chômage de masse qui touche 5,6 millions d’Européens de moins de 25 ans au sein de l’Union européenne, la Commission européenne a décidé de mettre en place un dispositif appelé “Stratégie Europe 2020”. Une des mesures phares de cette stratégie est la mise en place de la “Garantie Jeunes”, qui repose sur 3 axes :

- l’aide et l’accompagnement à la création d’entreprises,

- le développement de l’alternance à tous les niveaux,

- une allocation pour aider les NEETs (ni étudiant, ni employé, ni stagiaire).

Pourtant, nous constatons qu’en France, le gouvernement a limité sa "Garantie Jeunes" au versement d’une allocation de 450 euros, montant équivalent à celui du Revenu de solidarité active (RSA), sans prendre en compte les deux autres axes majeurs permettant aux jeunes d’intégrer le marché du travail.

Le constat est évident, ce dispositif manque d’ambition pour lutter contre le chômage des jeunes. Cette "Garantie Jeunes" au rabais ne pourra pas lutter efficacement contre le chômage des jeunes à La Réunion, qui concerne 60% des jeunes de moins de 25 ans.

Une situation de plus en plus alarmante, à laquelle s’ajoute le décrochage croissant de certains chômeurs, qui cessent de rechercher activement un emploi, découragés par les difficultés qu’ils rencontrent sur le marché du travail, ainsi qu’au chômage de longue durée, particulièrement persistant à La Réunion, où 64% des Réunionnais de 15 à 24 ans sont sans emploi depuis plus d’un an. A cela s’ajoute l’inadéquation entre la formation et la réalité du marché du travail, qui pèse sur l’avenir des jeunes Réunionnais.

Les mesures annoncées et prévues par le gouvernement auront des effets à court terme, mais ne donneront pas de perspectives stables aux jeunes. D’autant plus qu’au cours des trente dernières années, près de 80 mesures différentes ont été mises en place pour l’emploi des jeunes, mais aucune n’a permis d’inverser la courbe du chômage.

Face à cela, nous avons parlé d’une situation hors-norme, alors à quand un plan hors-norme et des dispositifs exceptionnels qui répondront aux spécificités de La Réunion, aux attentes des Réunionnais, mais surtout à la situation exceptionnelle de notre île ?

Nous réitérons plusieurs points évoqués lors de notre conférence de presse le 2 août 2013, tels que la nécessité de détecter les NEETs à La Réunion, de les réinsérer dans le système, mais aussi d’améliorer la lisibilité pour les jeunes et les employeurs, d’adapter les formations en fonction des besoins réels de l’île, de développer les services d’aide à la création d’entreprises, d’améliorer le niveau de stages et enfin de développer l’apprentissage et l’alternance.

Nous proposons la mise en place d’un Service Unique de la formation, de l’orientation, de l’insertion professionnelle et de la mobilité, qui devra rassembler l’ensemble des acteurs et être accessible à tous les jeunes pour un véritable accompagnement. Nous pensons que cela doit se faire à l’issue du collège pour permettre une meilleure orientation et donner aux jeunes des possibilités d’alternance afin d’éviter le décrochage scolaire et d’assurer une insertion professionnelle efficace. 

L’AJFER-Nou Lé Kapab souhaite que les responsables politiques et économiques soient à la hauteur des attentes de la jeunesse. L’heure n’est plus aux effets d’annonce, il en va de la responsabilité du gouvernement de faire des propositions pour la déclinaison d’un plan ambitieux et hors-norme, répondant aux attentes des jeunes Réunionnais face au chômage.

L’AJFER-Nou Lé Kapab a envoyé une demande de rencontre à Monsieur Sapin, Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, afin de lui exposer l’état de la situation, qu’il ne peut ignorer, et lui soumettre nos propositions. »


Kanalreunion.com