Luttes sociales

Fin de la grève des stations service à La Réunion

La concertation l’emporte sur le passage en force

Témoignages.re / 3 février 2014

A La Réunion ce dimanche, les gérants de station service ont décidé d’arrêter la grève entamée jeudi. Le résultat de deux réunions à la préfecture, samedi et dimanche, les satisfait, leurs propositions ont été entendues. Depuis 18 heures, les réquisitions ont cessé, les stations sont de nouveau ouvertes. Exceptionnellement, elles ont pu être ravitaillée un dimanche. Cela a permis d’amortir l’impact d’une forte affluence après 4 jours de grève des stations.

JPEG - 33.9 ko
Les stations vendent à nouveau du carburant aux automobilistes. (photo Toniox)

Il a donc fallu 4 jours de grève aux gérants pour se faire entendre. Ce dimanche, aprés une seconde réunion avec le préfet et les pétroliers, les gérants se sont réunis en assemblée générale devant la Société réunionnaise des produits pétroliers (SRPP). Sur la base du résultat des discussions avec le préfet et les pétroliers, ils ont voté la fin de la grève.

1500 emplois menacés

C’était donc le 4e jour de fermeture, mais cela faisait 6 jours que le mouvement avait un impact sur l’île. En effet, voyant aue leurs propositions n’étaient pas entendue à Paris, les gérants ont annoncé mardi dernier une grève illimitée à compter de jeudi en Guadeloupe, Guyane, Martiniaue et à La Réunion. Les gérants craignent aue l’application du décret Lurel signifie la fin des dernières stations indépendantes, la disparition des gérants, la prise en gestion directe des stations par les pétroliers comme à Mayotte, et le licenciement des 1500 pompistes. Car les gérants savent que ce que les pétroliers perdent avec le décret, ils peuvent le récupérer dans le secteur de la distribution.

Dès mardi soir, de longues files se sont formées à l’entrée des stations, et le lendemain l’île était déjà fortement perturbées par d’importants bouchons à proximité de toutes les stations. Mercredi dans l’après midi, 70% des stations service étaient en rupture de carburant.
Jeudi, le préfet réauisitionnait 10 stations pour fournir les usagers prioritaires.

Echec du coup de main aux pétroliers

Il a fallu attendre samedi pour aue la discussion s’engage entre les trois parties : l’Etat, les pétroliers et les gérants.
A la fin de la première réunion, des avancées étaient notées. Elles se sont concrétisées dimanche matin.

Les gérants indiauent aue les emplois des pompistes sont préservés. Et ils ont aussi la garantie aue les pétroliers ne prendront pas les stations en gestion directe.
Autrement dit, la concertation a permis d’entendre les propositions et d’en tenir compte dans l’accord final. C’est l’echec d’une tentative de passer en force. Les gérants ont résisté et le gouvernement a donc du revoir son projet. Cette résistance a permis d’empêcher les compagnies pétrolières de renforcer encore leur pouvoir à La Réunion.

M,M


Kanalreunion.com