Luttes sociales

François Chérèque conforte le message de l’Appel de l’Ermitage

Plan pluriannuel contre le chômage et pour l’inclusion sociale

Témoignages.re / 2 novembre 2013

Monsieur Chérèque, Inspecteur général des Affaires sociales, missionné par le gouvernement, a déclaré, par deux fois, que le plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale est inscrit dans les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), le programme de l’ONU dont la France est signataire.

JPEG - 41.1 ko
La grande pauvreté peut être éradiquée d’ici 2015, n’attendons pas les élections pour agir, dit le Comité de l’Appel de l’Ermitage.

Le Comité de l’Appel de l’Ermitage a été reçu lundi 28 octobre 2013 par François Chérèque, Inspecteur général des Affaires sociales, missionné par le gouvernement pour la mise en place du plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale. Le Comité de l’Appel de l’Ermitage a aussi participé, avec la présence de Madame Vochré, aux Rencontres Territoriales du 29 octobre 2013.

Le plan de Chérèque est inscrit dans les OMD

A ces deux rendez-vous, Monsieur Chérèque a confirmé que le plan du gouvernement pour lutter contre la pauvreté est inscrit dans les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), le programme de l’ONU dont la France est signataire. Ce programme onusien prévoit l’éradication de l’extrême pauvreté dans le monde, avant 2015.

Cela signifie que le plan présenté par Monsieur Chérèque partage le même objectif revendiqué par le Comité de l’Appel de l’Ermitage : l’abolition de l’extrême pauvreté à La Réunion, avant 2015 !

Le Comité de l’Appel de l’Ermitage insiste sur le respect de cette échéance, car c’est la seule méthode, à ses yeux, pour que les acteurs locaux prennent véritablement à bras le corps le problème politique que représente la pauvreté à La Réunion.

La pauvreté à La Réunion est politique

La pauvreté à La Réunion n’a pas pour origine l’accumulation des conséquences négatives des crises économiques et financières successives. La pauvreté à La Réunion a pour origines des décisions politiques historiques qui ont fondé et accru les inégalités à La Réunion :

- En 1848, lorsque la France a accordé à ceux qui étaient déjà propriétaires des terres et des usines 750 francs par esclave libéré, et rien pour les nouveaux citoyens, l’État a fondé l’inégalité institutionnelle qui perdure jusqu’à aujourd’hui.

- L’application de la loi de 1946, au 1er juillet 1947, comme le prévoyait son article 3, aurait pu permettre de corriger cette inégalité. Mais la France en décida autrement. Il aura fallu 50 ans de lutte pour qu’elle respecte sa parole. Les dégâts durant ce temps perdu semblent aujourd’hui irrémédiables.

- Pire, dans les années 1950, la France, non contente de ne pas accorder aux Réunionnais leurs droits sociaux, accroit les inégalités entre personnes vivant sur le même territoire en accordant à ses agents, et à eux seuls, une sur-rémunération. Cette prime fonde aujourd’hui tout le système économique de l’île et exclut les pauvres qui n’ont plus aucun espoir de bien-être matériel.

La pauvreté à La Réunion n’est pas économique, ni sociale. Elle est politique. Les mesures économiques ou sociales solutionneront des problèmes d’urgence. Mais seules des décisions politiques aboliront l’extrême pauvreté à La Réunion, avant 2015.

Aux Réunionnais d’agir

Le Comité de l’Appel de l’Ermitage déclare qu’il n’est pas nécessaire d’attendre les élections de mars 2014 pour agir. Commençons dès maintenant. Mettons en place la totalité du plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, y compris les adaptations locales, avant 2015 !

Le Comité de l’Appel de l’Ermitage rappelle ses revendications à Monsieur Chérèque, notamment :

- l’abrogation de la loi qui oblige les enfants à rembourser l’allocation vieillesse de leurs parents ;

- la suppression de la dette des plus pauvres ;

- le respect d’un « reste à vivre » supérieur à 10 euros par jour à chaque Réunionnais, soit 300 euros mensuels, nets de charges ;

- la transformation des Centres communaux d’actions sociales en Centres communaux d’activités génératrices de revenus.

Le Comité de l’Appel de l’Ermitage réitère son invitation à tous les acteurs locaux de la lutte contre la pauvreté à s’unir et s’entendre sur l’essentiel. Ouvrons le débat et recherchons le consensus : communiquons aux partenaires nos propositions, puis dépassons-nous et dépassons nos propositions, forcément toutes légitimes, pour parvenir à un consensus, forcément plus restreint, mais sur des mesures essentielles.


Kanalreunion.com