Luttes sociales

FSU : « Loi Travail : public, privé, tous concernés ! »

Témoignages.re / 29 mars 2016

JPEG - 109.2 ko

Si les services publics disposent de leurs textes propres, ils ne seront pas pour autant épargnés par la loi El-Khomri.

En effet, les principes généraux du Code du Travail s’appliquent aux agents, titulaires ou non, en matière de temps de travail, droit au reclassement, santé au travail notamment. S’y ajoutent des dispositions qui ont été transposées à l’identique dans les textes régissant la Fonction Publique ; c’est le cas par exemple du niveau et des conditions de rémunérations des heures supplémentaires.

Si ce projet de loi n’est pas retiré, les reculs qu’il contient pourraient tout à fait concerner la Fonction Publique :

- augmentation possible du temps de travail jusqu’à 12h/jour, 60h/semaine,

- baisse de la rémunération des heures supplémentaires,

- temps d’astreinte décomptés des temps de repos !

- droit des syndicats minoritaires d’organiser un référendum pour contourner les syndicats majoritaires,

- santé et sécurité au travail : jusqu’à présent, c’est le poste de travail qui doit s’adapter au salarié. Demain, c’est la capacité du salarié à s’adapter à son poste qui sera évaluée,

- suppression de la visite médicale d’aptitude d’embauche pour tous, seuls seraient concernés les postes « à risque »,

- ………

Ce projet pèsera sur les conditions de travail des agents qui sont déjà très dégradées par les sous-effectifs et une gestion des personnels largement inspirée des pires techniques managériales. En matière de santé, passer d’un devoir de protection du salarié à une simple gestion des risques ne répondra pas au problème de la souffrance au travail, bien au contraire !

La FSU est également très inquiète pour l’avenir qui se dessine pour les jeunes. En effet, l’école n’a pas vocation à les préparer à une vie entière de précarité. Car c’est bien de cela dont il s’agit ! C’est bien cela que prépare la loi El-Khomri en donnant au patronat les moyens de flexibiliser les contrats de travail tous azimuts !

En instituant de fait l’emploi précaire comme la nouvelle norme, il fera des dégâts sur les salariés les plus fragiles, notamment les femmes déjà durement touchées par les contrats courts et les temps partiels.

Contrairement à l’objectif affiché, ce projet fera exploser le nombre d’heures supplémentaires sans créer le moindre emploi !

C’est pourquoi la FSU appelle tous les salarié-es des services publics à faire grève et à se mobiliser massivement le 31 mars et à venir défiler à Saint-Denis (9h Petit-Marché) et à Saint-Pierre (9h Mairie).

FSU Réunion


Kanalreunion.com