Luttes sociales

Grève des dockers : le préfet nomme un médiateur

Conflit à la SERMAT

Manuel Marchal / 18 mai 2013

À 16 heures, le préfet de La Réunion, Jean-Luc Marx, a annoncé la nomination d’un médiateur dans le conflit à la SERMAT : Alix Séry. Le préfet a donc décidé d’intervenir pour que les négociations reprennent le plus vite possible. Il souhaite que la grève soit suspendue le temps de la médiation, mais ce n’est pas une condition à la reprise des discussions. Après avoir claqué la porte vendredi, les patrons vont-ils revenir à la table des négociations ?

JPEG - 78 ko
Le préfet de La Réunion, Jean-Luc Marx, et Alix Séry, médiateur dans le conflit à la SERMAT.

À 16 heures, le préfet a annoncé à la presse qu’il a souhaité intervenir dans le conflit à la SERMAT qui dure depuis deux semaines. Hier, le patronat a rompu les négociations, restant sur sa ligne initiale : 19 licenciements.

Le préfet a rappelé qu’un projet de sortie de crise n’avait pas été accepté. Le prolongement de ce conflit touche l’économie de l’île, c’est une situation d’urgence. Jean-Luc Marx précise que 20 containers de médicaments sont bloqués à Maurice par exemple. Il ajoute également qu’il faut tout faire pour ne pas aggraver un contexte économique difficile. Le développement de Grand Port maritime est aussi un autre enjeu. Car des marchandises sont déroutées et stockées en Afrique du Sud ou à Maurice, ce qui ne donne pas une bonne image.

« Il faut que les acteurs reprennent le dialogue », affirme le préfet. « Ce dialogue doit concerner les effectifs, et l’organisation de la maintenance portuaire », précise-t-il. Pour faciliter la reprise du dialogue, le préfet a nommé un médiateur : Alix Séry. Ce dernier va prendre contact avec l’ensemble des parties pour une reprise des négociations au plus vite. Enfin, le préfet émet le souhait que la grève soit suspendue le temps de la médiation. Ce n’est pas un préalable à la médiation, a-t-il dit en substance. Le préfet rappelle en effet que des gestes ont déjà été faits, comme celui de la livraison des containers frigorifiques contenant des matières périssables.

Rencontres au plus tôt

Concernant la méthode, Alix Séry va se déplacer pour rencontrer salariés et patronat, afin d’aller vers l’organisation de nouvelles négociations. La médiation consistera à arriver à concilier les propositions de chacun, indique l’ancien Directeur du Travail.

Rappelons que la veille, les élus du PCR avaient adressé un courrier au préfet, avec copie à Victorin Lurel, ministre des Outre-mer, et à Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, soulignant ceci : « Nous craignons que le refus de la direction de discuter sur la base des propositions des services de l’État, entraine un blocage total du port et des répercussions dans toute l’île. Vous imaginez aisément quelles seront les conséquences d’une telle escalade.
C’est pourquoi, Monsieur le Préfet, nous vous demandons d’intervenir pour ramener la direction de la SERMAT à la table des négociations. »

Les actions des dockers

Pour leur part, les dockers de la Fédération Ports et Docks ont également écrit au préfet pour demander la reprise des discussions, et ils ont pris contact avec la Fédération CGT en France. Tous les ports sont prévenus, et la CGT Port et Docks a pu exposé la situation au ministère des Transports.

Tous les observateurs peuvent constater que la balle est désormais dans le camp du patronat. Ce dernier a en effet décidé de rompre les discussions vendredi et d’imposer le licenciement de 19 travailleurs. Il a même convoqué le Comité d’entreprise pour mardi afin de mettre cela à l’ordre du jour.

48 heures après le meeting de soutien organisé par le PCR devant le Port-Est avec les dockers la solidarité ne fait que s’amplifier. Quelques patrons vont-ils continuer à bloquer l’économie réunionnaise ?


Kanalreunion.com