Luttes sociales

Il y a six mois, la grève contre l’externalisation

La lutte des dockers pour l’emploi à La Réunion

Témoignages.re / 17 janvier 2014

JPEG - 85.1 ko
Le 21 mai dernier, les dockers célébraient leur victoire. Après 19 jours de grève, ils ont arraché le droit à la transparence. (photo M.M.)

Du 3 au 21 mai 2013, une mouvement de grève a eu lieu sur le Grand Port Maritime de La Réunion, afin de dénoncer « le mépris des patrons » vis à vis de ces employés et pour défendre l’emploi aux Réunionnais. Soutenu par de nombreuses organisations politiques, dont le Parti Communiste Réunionnais, l’ensemble des branches syndicales de la CGTR dont son secrétaire général, Ivan Hoareau, et des associations, comme l’AJFER-Nou Lé Kapab.

La mobilisation des travailleurs de la SERMAT a abouti à un accord avec la direction de la SERMAT qui souhaite l’externalisation complète de la maintenance et la mise en place d’un Plan de Sauvegarde l’Emploi et le licenciement de 19 personnes. Après 18 jours de grève, un protocole a été signé le 21 mai, pour le report de 6 mois du contrat de maintenance en cours, l’abandon éventuelle des projets de licenciement, la création d’un Comité de Suivi et d’Evaluation et la mise en place d’un audit organisationnel et technique d’une part, d’un audit comptable d’autre part afin de définir les bases de négociations.

Six mois plus tard et deux audits : « Silence de plomb » de la part de la direction de la SERMAT et des autorités, ayant financé ces travaux. De plus, le Comité de suivi a été supprimé, a annoncé Danio Ricquebourg et les négociations attendent toujours de démarrer. En effet, malgré les récentes données, ni la direction, ni la préfecture n’ont engagé de discussions pour l’avenir de l’ensemble des salariés de la SERMAT. Un climat tendu et flou règne actuellement sur le Port, où l’inquiétude persiste. Un comité d’entreprise à huit clos aura lieu ce matin à 9h afin de clarifier la situation.

Cependant, l’ordre du jour mentionne des départs volontaires et l’internalisation pour la CGTR Port et Docks. Si aucune négociation n’est entamée ou si le patronat reste sur ses positions, il semble probable que les dockers feront grève. « Notre grève sera légitime », a précisé Danio Ricquebourg. Pour ce dernier, « l’avenir d’un pays passe par un grand port performant à La Réunion » afin que l’île prenne sa place dans la zone océan indien.


Kanalreunion.com