Luttes sociales

Jean-Yves Langenier appelle à casser le monopole des pétroliers

Prix des carburants

Témoignages.re / 28 mars 2012

Pour faire baisser les prix tout en préservant l’emploi des pompistes, Jean-Yves Langenier propose à l’État d’appliquer la loi pour casser le monopole sur les carburants.

Nous sommes le 28 mars, et dans quatre jours, les Réunionnais risquent de connaître une nouvelle augmentation des prix du gaz et des carburants. C’est en effet une éventualité plus que probable étant données les informations publiées ces derniers jours dans la presse.
C’est précisément le prix des carburants qui avait lancé en février dernier le dernier mouvement social. L’objectif était une baisse de 25 centimes payée par les pétroliers. Le précédent du COSPAR en 2009 montre que ces compagnies peuvent payer car à l’époque, la baisse obtenue en trois mois avait été de 27 centimes.
Quand les transporteurs et la population avaient unis leurs revendications, ils ont manifesté dans toute l’île. Les 14 et 15 février, des barrages sont dressés. Ils aboutissent à une promesse de baisse du prix de la bonbonne gaz de 7 euros, et à l’ouverture de négociation pour les carburants.

Tous les Réunionnais concernés

Une semaine plus tard, le 20 février, transporteurs et population décident d’une action symbolique : le blocage de la SRPP. Alors que nombreux étaient les élus à courir vers le préfet pour crier à l’aide, Jean-Yves Langenier s’est porté au devant des manifestants pour apporter la solidarité.
« Les revendications sur la baisse des prix des produits pétroliers concernent non seulement les professionnels de la route mais aussi l’ensemble des Réunionnais », indiquait-il dans un communiqué, « le coût du carburant entre dans la composition générale du prix de tous les produits de consommation et, de ce fait, pèse sur le pouvoir d’achat de la population ».

L’intervention publique est possible

Lors de sa conférence de presse mardi, le candidat du PCR dans la seconde circonscription a présenté plusieurs propositions pour faire aboutir cette revendication. Il demande à l’État d’assumer ses responsabilités en cassant le monopole qui fait tant souffrir les Réunionnais.
Les sociétés pétrolières implantées dans notre île contrôlent l’approvisionnement, l’acheminement, le stockage et la distribution. Leurs méthodes ont déjà été sanctionnées par une amende record de plus de 40 millions d’euros. Quatre sociétés pétrolières avaient siphonné Air France à La Réunion en s’entendant pour imposer des prix exagérés à la compagnie aérienne.
Pour casser le monopole, Jean-Yves Langenier rappelle que la loi prévoit en effet que « tout bien, toute entreprise dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un service public national ou d’un monopole de fait devient la propriété de la collectivité ». À La Réunion, les société pétrolières exercent un monopole. C’est ce que reconnaît l’Autorité de la concurrence dans un rapport commandé par le gouvernement en 2009.
Pour faire baisser les prix, le maire du Port propose une intervention publique dans l’approvisionnement avec l’appel à un marché public pour acheter au meilleur coût.
Voici donc des propositions immédiatement applicables, elles pourront donner tout de suite des effets positifs pour la population et elles seront défendues au plus haut niveau.

Légende 3a
Au plus fort du mouvement devant la SRPP le 21 février, Jean-Yves Langenier est venu apporter la solidarité. (photo Imaz Press Réunion)


Arèt èk sa

La hausse indécente de la marge des pétroliers

Voici une série de tableaux publiée dans un rapport de l’Autorité de la concurrence publié en septembre 2009. Ce rapport étudie la formation des prix des carburants dans l’Outre-mer, et en fonction des éléments obtenus par les enquêteurs, il est clair que les marges des compagnies pétrolières augmentent beaucoup plus vite que les revenus des consommateurs. C’est à La Réunion que cette hausse est la plus importante. Regarder les chiffres de la colonne la plus à droite, ils sont impressionnants :


Kanalreunion.com