Luttes sociales

Journalistes et autres salariés des médias. Tous dans la rue le 23 septembre !

L’intersyndicale (SNJ, SNJ-CGT, USJ-CFDT, SJ-CFTC et CFE-CGC)

Témoignages.re / 21 septembre 2010

Voici le communiqué de l’Intersyndicale des journalistes qui appelle à la mobilisation la plus large partout dans les manifs après-demain contre la réforme des retraites que le gouvernement UMP veut imposer.

Avec plus de 200 manifestations prévues en France, le 23 septembre sera une mobilisation exceptionnelle contre un projet de loi sur les retraites condamné par les deux-tiers des Français, car il est profondément injuste et menace le pouvoir d’achat de millions de personnes.

Nous syndicats SNJ, SNJ-CGT, USJ-CFDT et SJ-CFTC souhaitons qu’un maximum de salariés des médias participent aux manifestations. Et nous veillerons à ce que le droit de grève, inscrit dans la Constitution française, soit respecté dans toutes nos entreprises. Les arrêts de travail dans les médias, auxquels nous appelons pour participer aux manifestations, s’organisent pour permettre aux reporters de continuer à informer le public sur cette journée de grève, comme l’ont par exemple prévu les intersyndicales de l’Agence France-Presse, de Lagardère ou de Wolters Kluwer-France.

Nous dénonçons ce projet de loi démagogique et idéologique, qui avance les mêmes recettes injustes que les réformes de 1993 et 2003 ; réformes qui ont depuis fait la preuve de leur inefficacité. Esquivant le débat, refusant les propositions de l’intersyndicale, le gouvernement souhaite faire adopter une loi inadaptée au défi d’un financement équitable et durable des retraites. En faisant régler par les salariés la facture de la crise financière, une telle loi ne ferait qu’aggraver les déséquilibres économiques et sociaux qui minent la cohésion sociale.

Le chômage, les bas salaires, les exonérations sociales accordées aux patrons sont les principales causes des difficultés de financement de la protection sociale. La loi Woerth ferait de la France le parent pauvre de la retraite en Europe, avec de sévères décotes dans les revenus de ceux qui voudront partir avant 67 ans pour laisser une place aux jeunes. Les salariés des médias en savent quelque chose, après avoir subi des plans sociaux à répétition et des carrières très souvent incomplètes, marquées par la précarité.

A Paris, l’intersyndicale SNJ, SNJ-CGT, USJ-CFDT, SJ-CFTC et CFE-CGC donne rendez-vous boulevard Henri IV au niveau du 37, à l’angle de la rue Castex.


Kanalreunion.com