Luttes sociales

L’AJFER appelle les élus à la raison pour sauver la jeunesse réunionnaise

Lutte pour l’emploi

Témoignages.re / 16 août 2010

Tirant les enseignements du rapport publié par l’Organisation internationale du travail à l’occasion de l’ouverture de “l’Année internationale de la jeunesse”, l’Alliance des jeunes pour la formation et l’emploi à La Réunion appelle les élus à « revenir sur leurs décisions en relançant tous les grands chantiers abandonnés et prêts à démarrer dès maintenant afin que la jeunesse réunionnaise ne soit pas sacrifiée, perdue et La Réunion enterrée ».

Le 12 août dernier, lors de l’ouverture de “l’Année internationale de la jeunesse”, l’Organisation internationale du travail (OIT) a publié un dramatique rapport relatif au chômage des jeunes, qui donne le ton à la situation catastrophique dans laquelle se trouve cette génération. Cette situation étant encore plus grave à La Réunion, l’AJFER lance un appel à la sagesse et à l’intelligence des élus pour un retour sur leurs décisions d’abandon de grands chantiers. Il est encore temps d’agir pour sauver la jeunesse réunionnaise.
Selon l’OIT, à la fin 2009, se sont, sur 620 millions de jeunes économiquement actifs, plus de 81 millions d’entre eux qui étaient sans emploi. Un chiffre jamais atteint auparavant, qui prévoit encore de s’aggraver, ce qui a emmené l’OIT a parlé de « génération perdue ».
Le rapport souligne le contexte au sein duquel nous évoluons, avec la crise notamment qui frappe durement et en premier lieu, les jeunes, plus vulnérables. Il souligne aussi l’impact de cette crise : frappés par le chômage de masse, les jeunes se retrouvent dans une situation de désespoir, allant jusqu’à renoncer à la recherche d’un emploi. Cette situation se traduit par un cercle vicieux autour du chômage et de l’abandon, avec comme conséquence probable l’instabilité sociale.
Établit au niveau mondial, ce rapport déjà très accablant entraîne de grandes inquiétudes quant à la situation encore plus dramatique et les perspectives d’avenir pour les jeunes Réunionnais.

Grave crise à La Réunion

30% de la population de l’île sont des jeunes, ce qui est une part considérable, souvent citée comme un atout, cette part va encore augmenter, avec en 2030 une population totale qui avoisinera, selon les projections de l’INSEE, 1.026.000 habitants.
À l’heure actuelle, 53% des jeunes de moins de 25 ans sont au chômage dans l’île, soit le plus fort taux de France et d’Europe. Parmi les jeunes actifs, 56% d’entre eux sont en CDD dont la moitié dépend de contrats aidés, donc précaires.
D’un point de vue conjoncturel, La Réunion est certes frappée par la crise mondiale mais aussi et surtout par une crise locale basée sur une situation économique et sociale extrêmement difficile : 52% de la population vit en dessous du seuil national de pauvreté et des entreprises à la limite de la faillite (selon la CGSS, les dettes sociales des entreprises réunionnaises s’élèveraient à fin juin 2009 à plus de 300 millions d’euros).
Face à cette situation locale qui n’est comparable à aucun autre département de France et d’Europe, plus que jamais l’AJFER rappelle la nécessité de donner aux jeunes Réunionnais de réelles perspectives d’avenir en donnant la priorité à l’embauche des Réunionnais et en développant les secteurs créateurs d’emplois tels l’environnement et l’accompagnement social.

Où sont les chantiers ?

Alors que le BIT conclut son rapport par un appel aux responsables politiques « à maintenir leurs programmes de soutien pour l’emploi des jeunes », nous sommes malheureusement forcés de constater qu’à La Réunion, nous sommes très loin de ces orientations.
En effet, certains élus locaux ont fait le choix d’anéantir l’avenir des jeunes Réunionnais par l’abandon de grands chantiers tels la Rocade du Tampon, le Zénith, le Pôle océan, la MCUR, la Route du littoral et dernièrement le Tram-train sont autant de projets qui auraient pu créer des dizaines de milliers d’emplois directs et indirects avant la fin de l’année.
Notre jeunesse étant le moteur du développement économique de La Réunion mais aussi et surtout l’avenir, nos élus locaux ont pour devoir et responsabilité de revenir sur leurs décisions en relançant tous les grands chantiers abandonnés et prêts à démarrer dès maintenant afin que la jeunesse réunionnaise ne soit pas sacrifiée, perdue et La Réunion enterrée.
En l’absence de retour à la raison, ces dirigeants porteront obligatoirement la responsabilité d’un désordre social qui est de plus en plus inévitable.


Kanalreunion.com