Luttes sociales

L’Alliance aux côtés des travailleurs et des patrons du BTP

Mobilisation pour sauver un secteur essentiel

Céline Tabou / 11 septembre 2010

Hier matin, l’Alliance est venue apporter sa solidarité à la manifestation commune des travailleurs et des patrons du BTP. Tous touchés, tous unis.

• Raymond Lauret

« L’abandon des grands chantiers par le changement de majorité est une crise »

Je me félicite que les ouvriers et les patrons, à moins qu’il faille dire les patrons et leurs ouvriers. Les entreprises dans leur ensemble se sont mobilisées, ce qui est important. Les nécessaires discussions salariales sont mises de côté pour sauver les entreprises, parce que la crise qui s’annonce a un impact considérable à La Réunion. Parce qu’il s’agit non seulement de la disparition d’une culture, de technique, mais aussi des capacités réunionnaises, par la destruction de ces entreprises. L’abandon des grands chantiers par le changement de majorité est une crise, ce qui est plus grave, c’est que ces responsables politiques sont irresponsables. Par delà les entreprises du BTP directement, d’autres corps de métiers comme les architectes, bureaux d’étude, l’ingénieure, la médecine du travail, sont touchés par l’effondrement du BTP. Tout le monde prend conscience de l’immensité de la catastrophe, et donc de la responsabilité qui incombe à ceux qui ont tourné le dos aux accords signés par Nicolas Sarkozy.

• Maurice Gironcel

« La disparition des clivages habituels est due à l’aggravation de la situation »

La situation est tellement dramatique, avec la hausse du chômage et les fermetures des entreprises, ceux qui souffrent le plus sont les familles. La disparition des clivages habituels est due à l’aggravation de la situation. À l’instar de ce qui se fait à La Réunion, la Région et le gouvernement doivent écouter cet appel à l’union. Il faut arrêter de stigmatiser les catégories sociales, mais dépenser toute cette énergie pour rassembler, et s’unir pour aider ceux qui souffrent. On est dans une petite île, à La Réunion, on démontre et montre l’exemple que l’on peut dépasser les clivages politiques pour appeler les autorités.

• Pierre Vergès

« Un secteur, qui va mal, a des conséquences sur les autres secteurs »

Cette manifestation est lourde de signification, puisqu’il s’agit d’une union sacrée pour sauver la filière BTP. Ce rassemblement, patron et travailleurs, montre que la situation est grave. Je pense que c’est le début d’un processus qui vise à faire comprendre aux gens, que nous sommes tous concernés. L’absence de grands projets de logements sociaux et privés entraîne la baisse de l’activité économique, de la consommation, et donc l’effondrement de l’économie à La Réunion. Les autres secteurs peuvent aussi se mobiliser, car il y a un effet domino. Un secteur, qui va mal, a des conséquences sur les autres secteurs. Aujourd’hui, il faut se battre pour que l’État et la Région, mais aussi tous les Réunionnais comprennent que la relance de l’activité économique, notamment le BTP est urgent.

• Roland Robert

« La situation est grave »

Je crois que ce rassemblement entre patrons et travailleurs peut paraître étonnant, mais la situation actuelle est grave. En tant que maire, je vois de plus en plus de monde demander de l’aide au CCAS, alors qu’auparavant, jamais ces personnes n’auraient fait des demandes d’aides. L’ampleur de la crise pousse les patrons et les travailleurs à s’unir pour peser dans les décisions, qui devront être prises rapidement.


L’Alliance des Réunionnais contre la pauvreté

• Brigitte Malet : « La pauvreté va s’accentuer avec la suppression des grands chantiers »

Sans travailleurs, il n’y aurait pas de patronat, et vice versa. Les travailleurs sont les maillons de la chaîne qu’il faut prendre en considération. Si la crise du BTP persiste des milliers de personnes vont perdre leur emploi, et gonfler le taux de chômage, déjà élevé à La Réunion. La précarité va s’accentuer, et la misère toucher de plus en plus de famille. Le rapport de force d’aujourd’hui n’est qu’un début si les choses n’évoluent pas rapidement.


L’Alliance des jeunes pour la formation et l’emploi à La Réunion

• Gilles Leperlier :
« La manifestation d’aujourd’hui est historique »

C’est la première fois que l’on voit les patrons défiler avec les salariés. C’est bien la preuve que la situation est extrêmement grave et que la crise est devant nous. C’est par l’union la plus large qu’aujourd’hui on pourra sauver les intérêts de La Réunion. Selon la CGSS, 1.500 entreprises réunionnaises sont en très grandes difficultés et risquent de mettre la clé sous la porte avant la fin de l’année. Avec cette situation, ce sont des milliers de jeunes qui risquent de se retrouver au chômage du jour au lendemain. Notre jeunesse étant le moteur du développement économique de La Réunion, mais aussi et surtout l’avenir, ce sont aux pouvoirs publics de revenir sur leurs décisions en relançant tous les grands chantiers abandonnés (Tram-train, Pôle océan, MCUR, Rocade du Tampon) et qui sont prêts à démarrer dès maintenant afin que la jeunesse réunionnaise ne soit pas sacrifiée, perdue et La Réunion enterrée. Aujourd’hui, le front social se structure dans tous les secteurs et toute la population réunionnaise est touchée par la crise. L’heure est à l’union la plus large pour conforter le rapport de force instauré le 29 août, les 7 et 10 septembre afin de sauver les intérêts de toute la population et garantir l’avenir de la Réunion. Plus que jamais l’heure n’est plus à la discussion, mais à l’action et à la mobilisation. Nous continuerons à nous organiser notamment en vue de la manifestation du 23 septembre pour sauver La Réunion.


Kanalreunion.com