Luttes sociales

L’ARCP dénonce « un scandale »

Plus d’une centaine de travailleurs venus du Portugal pour un chantier dans les Hauts du Tampon

Témoignages.re / 12 mai 2012

Sur un chantier de La Plaine des Cafres, ce sont 100 à 150 Portugais qui travaillent actuellement à l’installation de panneaux photovoltaïques. Pour l’ARCP (Alliance des Réunionnais Contre la Pauvreté) et son président Jean-Hugues Ratenon, il s’agit là d’un « scandale », voire du « scandale de trop ». L’ARCP devait se rendre hier sur ce chantier.

« Ce n’est pas la première fois qu’on fait appel à des travailleurs de l’étranger, alors que depuis longtemps, nous menons un combat pour la priorité à l’emploi local. Les Réunionnais sont mis de côté, et c’est l’État qui en porte la lourde responsabilité », estime le président de l’ARCP.

« On veut nous faire croire qu’il s’agit d’un problème de formation, c’est faux. À La Réunion, nous avons tous les outils pour former les jeunes. Nous avons les moyens financiers, les moyens humains. Le problème, c’est que ceux qui ont la gouvernance du pays laissent les Réunionnais de côté, et après, il ne faut pas s’étonner que le taux de chômage soit aussi élevé », s’insurge Jean-Hugues Ratenon.

Le président de l’ARCP rappelle que ce n’est pas la première fois qu’on fait appel à des travailleurs étrangers sur un chantier réunionnais. En août 2011, il avait manifesté devant la préfecture pour dénoncer « l’injustice et l’inégalité de l’embauche de travailleurs extérieurs sur la centrale électrique du Port ». L’ARCP devait se rendre hier sur ce chantier.

De son côté, le maître d’ouvrage du chantier assure s’être adressé à une entreprise portugaise spécialisée dans l’installation de panneaux photovoltaïques, afin de pouvoir livrer le chantier dans le temps qui lui était imparti.

 Avec Imaz Press Réunion 


Kanalreunion.com