Luttes sociales

L’ARCP dénonce une provocation

Nouvelle baisse du pouvoir d’achat des Réunionnais

Manuel Marchal / 29 septembre 2011

Après une baisse ridicule du prix des carburants en septembre, l’Alliance des Réunionnais contre la pauvreté pointe une augmentation injustifiée à partir de samedi, et s’étonne du silence de l’Observatoire des prix et des revenus (OPR) sur ces questions.

Lors d’une conférence de presse hier matin, l’Alliance des Réunionnais contre la pauvreté (ARCP) a donné sa position suite à la parution dans la presse du jour des nouveaux tarifs des produits pétroliers fixés par arrêtés préfectoraux.
Rappelons qu’à partir de samedi, tout va augmenter. Pour la bouteille de gaz, la hausse sera de 10 centimes, de 4 centimes pour le litre de super sans-plomb et de 2 centimes pour le gazole.
Le 21 août dernier, sur la base de l’effondrement du prix de la matière première, l’ARCP appelait à une baisse d’au moins 8 centimes sur les prix des carburants, et la bouteille de gaz à 17 euros. Quelques jours plus tard, les tarifs fixés par l’État montraient une baisse symbolique des prix des carburants, et une hausse du prix de la bouteille de gaz qui continuait de crever le plafond des 20 euros.
Pour l’ARCP, une telle modération de la baisse de ces produits importés à La Réunion voulait dire que les compagnies pétrolières avaient été particulièrement ménagées. Cela signifiait donc que pour le mois d’octobre, la Préfecture devait décider une nouvelle baisse, mais cette fois-ci étendue à la bouteille de gaz.

Où sont les promesses de Paris ?

Telle n’a pas été le choix du représentant de l’État, car tout va augmenter à partir de samedi.
« Pourquoi ce choix de la Préfecture ? », interroge Jean-Hugues Ratenon. De plus, « pourquoi annoncer cette augmentation le jour de la mobilisation de l’Intersyndicale ? Est-ce une provocation ? ».
Cette augmentation, c’est un coup porté non seulement aux automobilistes, mais aussi à toutes les familles, puisque le gaz continue son inquiétante hausse.
Cette décision montre aussi qu’il n’y a « aucune politique sociale de la part de ce gouvernement et ses représentants alors qu’en 2009, le gouvernement avait promis une politique publique pour améliorer le pouvoir d’achat ».
L’ARCP s’interroge sur le rôle de l’Observatoire des prix et des revenus, qui est averti du projet du représentant de l’État avant que l’administration ne le mette à exécution.

Pourquoi ce silence ?

Jean-Hugues Ratenon et Agir Pou Nout Tout faisaient partie des organisations dans la lutte pour l’installation de l’OPR, et d’une commission carburant au sein de cet Observatoire. Pourquoi l’Observatoire ne donne-t-il pas sa position sur cette augmentation ? Ce silence vaut-il accord ?
Derrière ce silence, l’ARPC voit une explication. L’ARCP constate qu’au moment de la composition de l’OPR, les organisations qui étaient en pointe dans la bataille pour son installation ont été exclues de sa composition. À ce jour, « les membres de l’OPR ne se sont jamais offusqués de l’absence en leur sein de ceux qui se sont battus pour l’installation de l’Observatoire », précise Jean-Hugues Ratenon. Aujourd’hui, ces membres ne disent rien. « Que fait cette catégorie sociale ? », interroge le président de l’ARCP.
Dans l’immédiat, l’heure est à la réflexion sur la riposte à organiser. Mobilisation de rue, boycott des stations-service… aucune piste n’est à exclure pour l’ARCP.

M.M.


Kanalreunion.com