Luttes sociales

L’arrêt du tram-train aggravera la pénurie d’emplois

Défaillances des entreprises à La Réunion

Sanjiv Dinama / 31 mars 2010

L’Insee vient de publier la démographie des entreprises. L’étude fait ressortir une progression du nombre de défaillance en 2009 avec des conséquences sur les emplois. On constate également que c’est le secteur de la construction qui enregistre la plus grande part des défaillances. Aujourd’hui, les adversaires du tram-train veulent aggraver la situation en remettant en cause ce projet créateur d’emplois. Ils veulent empêcher le développement de notre pays en aggravant le risque d’explosion sociale.

Au troisième trimestre 2009, 143 entreprises ont été placées en redressement judiciaire à La Réunion. Le nombre de défaillances est à la hausse en 2009 avec deux augmentations trimestrielles consécutives, 5,5% au second trimestre et 24,3% au troisième trimestre.

Le secteur de la construction regroupe 45% des défaillances enregistrées au troisième trimestre. Le commerce de gros et de détail, les transports, l’hébergement et la restauration, qui regroupent 28% des défaillances, contribue lui aussi à l’augmentation globale.
Le secteur agrégé “autres services” est le seul à dénombrer moins d’entreprises en dépôt de bilan ce trimestre (-12%).

2,5 milliards d’euros d’investissement supprimés

Au moment où les entreprises sont en difficulté et la pénurie d’emplois atteint des sommets avec plus de 130.000 demandeurs d’emploi, La Réunion a réussi à obtenir la contractualisation de grands chantiers. Ce sont ainsi plus de 2,5 milliards d’euros qui ont été obtenus pour La Réunion.
La nouvelle majorité à la Région remet aujourd’hui en cause les grands projets structurants de La Réunion comme le tram-train ou la MCUR.
Un changement d’orientation a été annoncé en transformant la Région en collectivité de distribution plutôt que d’investissement. Pour préserver des intérêts personnels, certains n’hésitent pas à jouer l’avenir de leur peuple en demandant la suppression de ces projets au risque d’une explosion sociale.
Cette crise n’ira qu’en s’amplifiant si certains veulent priver les Réunionnais de l’investissement auquel ils ont droit, et la fermeture des entreprises va continuer à progresser. Mais cette aggravation n’est-elle pas voulue par ceux qui tirent leurs privilèges de la pénurie d’emplois à La Réunion ?

En combattant le tram-train, ils veulent que la crise s’aggrave pour empêcher à tout prix l’émergence d’une nouvelle société qui balayera les privilèges et les injustices héritées de la période coloniale.

Sanjiv Dinama


Kanalreunion.com