Luttes sociales

L’emploi des Réunionnais absent de la rentrée scolaire

L’administration refuse toujours de répondre

Manuel Marchal / 19 août 2011

Rentrée scolaire pour près d’un Réunionnais sur trois, et l’administration refuse toujours d’aborder la question principale de cette rentrée : l’emploi des Réunionnais. Cette question fait la spécificité de notre Académie, et c’est ce débat singulier qui intéresse le plus la population. Pourquoi le rectorat refuse-t-il toujours de répondre à cette question très simple : qui travaille dans l’Éducation nationale cette année ? Que veut cacher l’administration ?

Hier, l’administration avait choisi le lycée Lepervanche du Port comme lieu de rendez-vous des médias avec le recteur. En ce jour de rentrée scolaire, le chef de service du plus gros employeur de La Réunion était en effet sur le terrain, à la rencontre des élèves, des personnels, des parents, des caméras et des micros. Un seul problème a été abordé lors de cette opération : l’absentéisme scolaire. Devant les médias, le recteur a rappelé à des jeunes ce qu’il coûte à une famille de ne pas respecter l’obligation scolaire, c’est-à-dire la suspension du versement des allocations familiales. C’est une donnée qui ne surprend personne.
Bref, sachant que l’absentéisme n’est pas un élément nouveau, la rentrée du recteur donne le sentiment que tout va bien.
Telle n’est pas la vision des syndicats. Hier encore, ils ont renouvelé leurs critiques sur les effets de l’application à La Réunion du plan d’austérité. Les suppressions de poste et la diminution des moyens ne vont pas dans le sens d’une rentrée scolaire dans de bonnes conditions. Pour protester contre cette politique de restriction, les syndicats appellent d’ailleurs à la grève dès le mois prochain. Le 27 septembre sera une grande journée d’action pour refuser la casse du service public d’éducation.
Mais pendant que le recteur faisait son numéro devant les médias, des jeunes distribuaient des tracts devant le lycée pour rappeler la question principale de cette rentrée scolaire : l’emploi des Réunionnais. Sur ce plan, le service public d’information a raté une belle occasion de se tourner davantage vers les préoccupations de la population, comme il souhaite pourtant le faire selon ses nouvelles orientations.
À La Réunion, tout le monde parle de la place des jeunes Réunionnais dans l’Éducation nationale. Qui travaille dans ce service public, combien de personnels ont été mutés cette année à La Réunion, combien de Réunionnais ont été embauchés… voilà les questions qui font débat au sein de la population. Mais hier, ces questions ont été absentes.
L’emploi des Réunionnais, c’est le débat qui fait la spécificité de La Réunion dans cette rentrée scolaire, et c’est pourquoi il intéresse les Réunionnais au plus haut point. Alors, pourquoi l’ignorer et se limiter au traitement de questions communes aux Académies situées sur le continent européen ?

Manuel Marchal


Des camions de militaires pas loin du lycée

Hier matin à proximité du port Est, de nombreux automobilistes ont pu voir un phénomène assez inhabituel : deux camions de militaires étaient arrêtés vers 9 heures le long de la voie longeant le front de mer, celle qui relie les deux ports. Le lieu de stationnement du convoi se situait comme par hasard juste derrière le lycée Lépervanche. Il suffit en effet de traverser la route pour accéder à la cité scolaire. L’autre coïncidence, c’est qu’à cette heure-là, le recteur était présent dans le lycée Lépervanche.
Outre cette présence militaire inhabituelle, l’attitude des soldats l’était aussi. Ils étaient sagement assis sur les bancs des camions, alors en plein soleil. Manifestement, les militaires n’étaient pas venus pour travailler leur condition physique sur le parcours de santé du front de mer du Port.


Kanalreunion.com