Luttes sociales

L’emploi : le grand absent de la rentrée du recteur

Plus d’un jeune sur deux au chômage malgré le respect de la scolarité obligatoire

Manuel Marchal / 22 août 2011

À la sortie de l’école, plus d’un jeune sur deux est au chômage. C’est un problème crucial. Mais telle n’est pas la préoccupation affichée en cette rentrée par l’administration de l’Education nationale. En choisissant de concentrer l’attention sur le problème de l’absentéisme, le recteur cherche à détourner l’opinion du problème essentiel de l’emploi. C’est exactement la même méthode que le gouvernement.

La rentrée scolaire est marquée par une question, quelle est la place des jeunes Réunionnais dans le système éducatif ? Le 25 juillet dernier, l’Alliance de la Jeunesse pour la Formation et l’Emploi à La Réunion (AJFER) a posé la question à l’administration. Le jour de la rentrée scolaire, le recteur a ciblé la communication sur l’absentéisme scolaire, et les sanctions qui peuvent toucher les familles dans ce cas.
Force est de constater que le plus haut représentant de l’Éducation nationale suit fidèlement la ligne du gouvernement : détourner l’attention de l’opinion publique des problèmes essentiels.
Récemment, le gouvernement a encore utilisé cette méthode pour camoufler l’aggravation du déficit public. Paris avait décidé de stigmatiser les victimes de sa politique en laissant entendre que les fraudeurs se cachent parmi les travailleurs privés d’emploi. La réalité, c’est que depuis 2007, la politique du gouvernement est la première responsable d’un accroissement sans précédent de la dette publique. C’est ce que confirment les mauvais résultats obtenus par Paris dans la maîtrise du déficit, car malgré l’application d’un plan d’austérité, la dette a continué d’augmenter entre mai 2010 et mai 2011.

Le pouvoir ne remplit pas son contrat

Dans l’Éducation nationale à La Réunion, le problème de la rentrée est celui de l’emploi. Cela concerne les conditions de recrutement des agents appelés à servir à La Réunion, ainsi que la réponse apportée à cette donnée fondamentale : plus d’un jeune Réunionnais sur deux est au chômage.
Tous ces jeunes privés d’emploi ont un point commun, ils ont respecté la loi sur la scolarité obligatoire. Autrement dit, pendant au moins 10 ans, ils ont fréquenté les établissements de l’Education nationale. Plusieurs choses leur sont alors demandées durant cette période. Ils doivent venir en classe, c’est l’assiduité. Ils doivent également décrocher des diplômes, c’est la performance. Ceci est la part de leur contrat. Mais dans cette relation avec l’administration du pouvoir central, ce dernier a aussi des devoirs. Le premier consiste à garantir à tous ceux qui sortent de l’école leur droit au travail. C’est un droit inscrit dans la Constitution, mais à La Réunion, le pouvoir central ne respecte plus depuis bien longtemps sa part du contrat.

Les méthodes du gouvernement

Cette défaillance du pouvoir central est sans équivalent dans la République. D’où vient donc cette absence de résultat positif ? Comment expliquer qu’après au moins 10 ans de scolarité dans le système éducatif d’une des premières puissances économiques du monde, plus de la moitié des jeunes soient privés d’emploi ? En effet, l’objectif de l’école, n’est-il pas de créer les conditions pour que les jeunes puissent avoir un travail à sa sortie ?
Au lieu de débattre de ces questions, le recteur a préféré cibler sur l’absence des jeunes à des cours, comme si c’est là que se situait le point décisif.
Car même si les jeunes sont non seulement assidus à l’école, mais qu’en plus ils arrivent à y réussir, ils seront privés d’emploi en majorité.
C’est là que se situe l’essentiel, mais c’est justement ce débat que l’administration veut éviter. Alors, pour tenter de distraire l’opinion, le recteur utilise les méthodes du gouvernement qu’il sert, c’est l’art de manœuvrer dans la diversion.
Au moment où La Réunion connaît une crise qui ne cesse de s’amplifier, avec plus de 140.000 demandeurs d’emploi et 120.000 illettrés, il n’est plus possible que la direction du système éducatif en place à La Réunion fuie ses responsabilités.

M.M.




Conférences avec Paul Vergès

“Changement climatique et politique d’adaptation : quels enjeux et quelles priorités pour La Réunion ?”

A Saint-Denis : A Saint-Pierre :
Le mercredi 24 août 2011 Le samedi 27 août 2011
à 17h00 à 15h00
à l’Hôtel “Le Saint Denis“ Place du Barachois – Saint-Denis A la salle “Les Bons Enfants” Casernes – Saint-Pierre

Cette année correspond aux 10 ans de la loi Vergès créant l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (O.N.E.R.C.) et conférant à la lutte contre le réchauffement climatique la qualité de priorité nationale.

Suite à la présentation, le 18 juillet dernier, du Plan national d’adaptation au changement climatique et à la réunion récente du Groupe d’experts intergouvernementaux sur l’évolution du climat (G.I.E.C.), préparatoire au prochain Sommet mondial sur le développement durable à Durban en décembre prochain, l’Alliance a le plaisir de vous inviter à assister à deux conférences publiques.




Les matins à 7h30
Alon kozé

Fréquences
Nord : 98.4Mhz - Est : 98.1Mhz - Ouest : 97Mhz - Sud-Ouest : 98.5Mhz - Sud : 96.6Mhz

Et si vous n’avez pas pu suivre l’émission, vous pouvez la réécouter en allant sur le site de “Témoignages”, ou la podcaster à cette adresse :

www.temoignages.re/podcast


Kanalreunion.com