Luttes sociales

L’heure de la lutte contre la casse sociale

Mobilisation des syndicats soutenue par le PCR

Manuel Marchal / 21 août 2017

Alors que la rentrée scolaire aura finalement probablement lieu demain, une autre lutte revient sur le devant de l’actualité : l’opposition à la casse du Code du Travail.

JPEG - 59.7 ko

Suite à la mobilisation des maires, l’État a finalement co-financé un total de 2.800 emplois aidés pour assurer la rentrée dans les écoles, collèges et lycées. La rentrée scolaire aura donc lieu demain partout. Ailleurs en France, les signatures de nouveaux contrats et les renouvellements ont été suspendus. Cela cause de nombreux drames et place des collectivités face au même problème que celui à l’origine du report de la rentrée.

La question de l’avenir des emplois aidés est posée, car le gouvernement ne fait pas mystère de ses intentions de mettre fin à un dispositif qu’il juge inefficace pour lutter contre le chômage.

La rentrée scolaire à peine passée, une nouvelle lutte se profile : l’opposition à la casse du Code du Travail. Le gouvernement veut en effet utiliser les ordonnances pour remettre en cause des acquis de plusieurs décennies de lutte. Le PCR participera à la journée d’action du 12 septembre initiée par les syndicats qui s’opposent à un texte qui signifie leur fragilisation sans précédent.

Le détail des mesures figure dans le tract de l’intersyndicale « Loi travail, c’est toujours non !!! Tous dans la rue le 12 septembre » publié par ailleurs. Il souligne les conséquences de l’application d’un tel texte dans un pays comme La Réunion où « avec un taux de chômage de plus de 24 %, largement plus élevé que celui de l’hexagone, 42 % de la population (soit 343 000 personnes) vivent en dessous du seuil de pauvreté ».

Un code du travail par entreprise

Il dénonce notamment :

« Décentralisation de la négociation au niveau de l’entreprise s’agissant des temps et de la durée du travail, paiement des heures supplémentaires, contrat de travail, CDD, emploi. Un code de travail par entreprise !

Volonté d’affaiblir la loi et les branches porteuses de cohérence économique et sociale pour la mise en place d’une concurrence entre les salariés.

Barémisation des indemnités prud’homales remettant en cause le principe de la réparation intégrale du préjudice et la liberté souveraine du juge d’apprécier l’étendue et la profondeur du préjudice. C’est un permis de licencier ».

De plus, la généralisation à tous les secteurs du CDI de chantier mettra fin au contrat à durée indéterminée tel qu’il existe. Quel intérêt en effet pour un employeur de recourir au CDI actuel quand il aura à sa disposition un contrat qui permettra de mettre un travailleur au chômage n’importe quand sans avoir à risquer d’être condamné pour licenciement abusif.

PCR dans la lutte

Comme le souligne l’Intersyndicale, la seule solution reste la lutte. Le PCR sera aux côtés des travailleurs, car il se dresse comme un rempart à la politique de casse sociale du gouvernement.

M.M.


Kanalreunion.com