Luttes sociales

L’impact de la crise sur les retraites

La dégradation d’un acquis social

Céline Tabou / 19 mai 2010

La crise économique a non seulement touché les jeunes, mais aussi les retraités, qui voient d’année en année leur pouvoir d’achat diminuer considérablement. Conséquence d’une politique sociale menée par le gouvernement, qui souhaite pousser les travailleurs à cotiser plus longtemps.

La Réunion compte 60.600 retraités en 2008, selon l’INSEE, et avec la hausse démographique et la crise économique et financière, la moitié des retraités vivant avec le minimum vieillesse de 600 euros vont devoir se serrer encore plus la ceinture.

La situation est préoccupante

Les conséquences de la crise vont toucher les foyers les plus démunis, notamment les personnes âgées. Ces dernières vont devoir faire face à une hausse des produits alimentaires de première nécessite. Les nouvelles données de l’INSEE montrent une hausse de 2,2% de l’alimentation à La Réunion.
Les baisses obtenues par le COSPAR en 2009 ont permis d’atténuer temporairement la crise, mais l’inflation est repartie avec la hausse des produits pétroliers.
Or, l’alimentation représente 20% du budget des foyers réunionnais, cette part de budget est 50% plus élevée pour les personnes âgées, soit 31,4% pour les plus de 65 ans. Cette hausse des prix va porter préjudice à cette classe sociale, de plus en plus touchée par l’inflation (11,1% pour la période 2004-2009). Ces conditions alarmantes ont conduit des centaines de retraités dans les rues, en janvier dernier. Sous la bannière "Moin lé pas retraité, moin lé maltraité", ces retraités ont manifesté pour que leur retraite soient versée le 1er du mois, afin de payer leurs factures, et dépenses quotidiennes.

Redynamiser l’économie nationale pour financer les retraites

La retraite est un acquis social construit depuis 1945. Mais il est prévu de le revoir et de le corriger, selon le projet du gouvernement. Le besoin de financement du système des retraites, d’ici 2050, s’élève à « 72 milliards d’euros au mieux, presque 115 milliards au pire » par an, cependant, cette prévision dépend du taux de chômage dans les années à venir. Avec la crise économique, les prévisions sont jugées alarmistes par les économistes, d’autant plus que la hausse démographique va accentuer le problème.
Cyril Blesson, Directeur de la recherche économique à Seedsfinances, a d’ailleurs expliqué au quotidien "Les Échos" que « La crise actuelle ne fait que renforcer les difficultés à venir de nos systèmes de retraites, et ce, pour tous les Français. Car, quel que soit le panachage retenu entre répartition et capitalisation, la solution à nos problèmes de vieillissement démographique passe par une augmentation du gâteau à se partager entre les actifs et les inactifs ». Il est donc indispensable que la France renoue avec une « croissance économique dynamisée ».
Pour La Réunion, la croissance ne suffit pas, c’est un changement structurel qui est nécessaire pour qu’enfin, les travailleurs puissent voir s’éloigner le chômage de masse qui persiste depuis quarante ans.

Céline Tabou


Kanalreunion.com