Luttes sociales

L’inégalité réelle commence avant la rentrée scolaire

Allocation de rentrée scolaire à La Réunion

Manuel Marchal / 10 août 2016

Après le versement de la prime de rentrée scolaire, le retour à l’école se prépare. Compte-tenu du fort taux de pauvreté à La Réunion ainsi que du niveau des prix, cette aide au famille est-elle malgré tout suffisante ? Car en France, elle donnera un plus grand pouvoir d’achat qu’à La Réunion. L’inégalité commence donc avant la rentrée scolaire.

JPEG - 50.6 ko
Plus de 50 millions d’euros arrivent à La Réunion. Mais du fait du fort taux de pauvreté de la population, cette somme est engloutie par la vie chère.

Le gouvernement a déposé un projet de loi relatif à l’égalité réelle outre-mer. Force est de constater en ce moment une inégalité réelle qui touche les Réunionnais. Ce sont les frais liés à la rentrée scolaire et l’aide publique qui est accordée. Comme les autres prestations sociales, la prime de rentrée scolaire est la même à La Réunion et en France. Mais le contexte est différent.

La vie est chère pour tous

Tout d’abord, le niveau des prix est plus élevé à La Réunion. C’est ce que reconnaît l’État, car il verse à ses agents une prime de vie chère destinée en principe à donner le même pouvoir d’achat qu’en France. Cette sur-rémunération existe dans tout l’outre-mer. À La Réunion, elle augmente le salaire de 53 %. Mais cette vie chère n’est pas reconnue pour d’autres sommes versées par les pouvoirs publics. L’allocation de rentrée scolaire à La Réunion n’est pas 53 % plus élevée qu’en France. Comment l’État peut-il expliquer cette différence ? En effet, les prix sont les mêmes pour tous, indépendamment du revenu.

Plus de 50 millions d’euros et les braderies commerciales

L’autre différence est la part que constitue la prime de rentrée scolaire dans le revenu. Près la moitié de la population à La Réunion vit sous le seuil de pauvreté. Plus les salaires sont faibles, plus la prime de rentrée scolaire est importante pour faire face aux dépenses liées à la rentrée.

Elle est donc une bouffée d’oxygène bienvenue, mais elle est aussitôt engloutie dans la vie chère. En effet, force est de constater que la période suivant immédiatement le versement de la prime de rentrée scolaire est celui des braderies. L’offre commerciale se multiplie au moment où arrivent à La Réunion plus de 50 millions d’euros au titre de la solidarité.

Le précédent du RSTA

La seule spécificité accordée aux Réunionnais réside dans un versement plus précoce de l’allocation de rentrée scolaire. Elle est versée deux semaines plus tôt en raison du calendrier scolaire. Dans le domaine du social, Paris a déjà montré qu’il était capable de faire de faire preuve d’une plus grande solidarité. En 2009, à la suite de la mobilisation de la population aux côtés du COSPAR, un gouvernement pourtant de droite avait accordé une prime mensuelle de 100 euros pour tous les travailleurs à temps complet ayant un salaire inférieur à 1,4 SMIC. C’était une prime d’État, appelée RSTA. Cette avancée a été supprimée par un gouvernement de gauche. Cela fait déjà plus d’un an que le président de la République a présenté son projet d’égalité réelle. Le projet de loi est déposé à l’Assemblée nationale. Pourquoi n’avoir pas décidé de donner un coup de pouce à cette allocation de rentrée 2016 afin de montrer concrètement à la population que l’égalité réelle, c’est aussi avoir le même pouvoir d’achat pour couvrir des frais relatifs à l’éducation ? Car la situation actuelle montre que l’inégalité réelle commence avant la rentrée scolaire.

M.M.


Kanalreunion.com