Luttes sociales

L’intersyndicale du BTP va manifester contre le gel des dettes

Crise de l’économie réunionnaise

Témoignages.re / 6 septembre 2012

Hier en conférence de presse, l’Intersyndicale du BTP a annoncé la mobilisation contre le gel des dettes sociales des entreprises. Les syndicats rappellent que ces cotisations dues sont l’argent des travailleurs.
L’intersyndicale du BTP a prévu de se rassembler ce vendredi 7 septembre 2012 devant la préfecture pour montrer, entre autres, son désaccord face au protocole d’accord signé ce mardi 4 septembre entre la Caisse des congés payés du BTP et le Collectif Sauvons nos entreprises. « Cet accord a été signé sous la pression », estime Jacky Balmine, Secrétaire général à la CGTR BTP. « C’est un accord qui remet en cause la Convention collective et qui est hors la loi », ajoute-t-il, avant de préciser que « le gel des dettes revient à voler les salariés ». L’intersyndicale espère interpeler l’État sur la situation des ouvriers.

Mardi, après une journée de négociations très tendues au siège de la Caisse des congés payés du Bâtiment et des Travaux publics, le Collectif Sauvons nos entreprises a obtenu la signature d’un protocole accordant aux entreprises n’étant pas à jour dans leurs cotisations le gel des dettes jusqu’au 30 juin 2013, ainsi que le versement du montant des congés payés directement aux salariés et non plus à la Caisse.

Si hier, mercredi 5 septembre, on a appris que la Caisse des congés payés du BTP a déposé une plainte contre le Collectif Sauvons nos entreprises pour « extorsion de signature », le contenu du protocole n’aura pas manqué de faire réagir l’intersyndicale du BTP. « Il s’agit d’un accord signé sous la pression », estime Jacky Balmine. « Si on gèle les dettes, on prive les salariés de ce qui leur est dû », ajoute-t-il.

Pour le secrétaire général de la CGTR BTP, « cet accord est hors la loi, il remet en cause la Convention collective du BTP ». Jacky Balmine montre également son désaccord face au protocole signé le 2 août dernier entre le Collectif Sauvons nos entreprises et l’État. « On ne peut pas demander un gel des dettes, alors qu’il s’agit d’un salaire différé. Ça revient à voler leur argent aux ouvriers », estime-t-il.

L’intersyndicale du BTP lance un appel à tous les salariés dont l’entreprise ne serait pas à jour dans ses cotisations, pour pouvoir ensuite mener des actions. « Nous allons aussi saisir la Direction du Travail sur cette affaire », ajoute Jacky Balmine.

L’intersyndicale manifestera ce vendredi 7 septembre à partir de 10 heures devant la préfecture. « Notre rôle est de défendre l’intérêt des salariés, on ne doit pas toucher à leur argent », martèle Jacky Balmine. « Nous souhaitons aussi interpeler l’État sur notre situation. Certes, les entreprises sont en difficulté, mais ce n’est pas aux salariés de toujours subir. Il faut trouver d’autres solutions », poursuit-il, mais sans en dire davantage sur la teneur de ces éventuelles solutions.

Rappelons que les principaux syndicats (CGTR, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC) ont dénoncé le gel des dettes demandé par le Collectif Sauvons nos entreprises, estimant que cela lèserait les salariés, et que cela n’est pas équitable pour les entreprises à jour de leurs cotisations.

Réunion entre l’intersyndicale et la Caisse des congés payés du BTP

Les syndicats trouvent porte close

Alors qu’une réunion de l’intersyndicale était prévue hier en fin d’après-midi avec la Direction de la Caisse des congés payés du Bâtiment et des Travaux publics (BTP), une partie des syndicats invités, à savoir les représentants de Force Ouvrière (FO) et de la CGTR BTP, a trouvé porte close. Lors de cette réunion, il devait être question du protocole d’accord signé ce mardi 4 septembre entre la Caisse des congés payés du BTP et le Collectif Sauvons nos entreprises. Un protocole que dénonce l’intersyndicale du BTP et qualifié de « hors-la-loi ».


Kanalreunion.com