Luttes sociales

L’UFR mobilisée pour la jeunesse

Egalité

Cinthia Fontaine / 15 novembre 2010

L’Union des femmes réunionnaise a tenu hier son assemblée générale au centre communal de l’Hermitage à Saint-Gilles.

Plusieurs centaines d’adhérentes et d’adhérents étaient présents pour dresser un bilan du combat à mener pour l’égalité, la liberté, la solidarité et le respect pour les femmes et la jeunesse.
Huguette Bello, présidente de l’association depuis 1983, a rappelé dans son que plus discours que jamais ce combat est important pour tous. Elle a évoqué les différents problèmes que subit notre société déjà touchée à La Réunion par une grande précarité. Tout d’abord, les nouvelles mesures de la sécurité sociale, augmentant le cout des soins pour les patients. « De plus en plus de personnes ne peuvent pas se soigner par manque d’argent a-t-elle rappelé. C’est une régression sanitaire devant laquelle nous ne pouvons pas nous taire. Il est important aussi de réévaluer et de mieux reconnaître la prise en charge des maladies féminines. L’UFR milite aussi pour un bien vieillir avec un contrôle dès le début de la retraite ».
La présidente a ensuite évoqué les dangers pesant sur la parité des élus avec les réformes amenant à l’assemblée unique en 2014. Malgré le combat mené depuis de nombreuses années, les femmes sont toujours sous-représentées en tant qu’élues. A La Réunion, seules 2 femmes sont maires. Dans les chambres consulaires, le constat est encore s’il est possible plus inquiétant et encore aujourd’hui « la loi propose, le machisme dispose ».
L’UFR a pris cette année fait et cause pour la jeunesse. Ces enfants qui sont l’avenir de notre nation et à qui on ne donne pas la possibilité de s’insérer dans notre société. Huguette Bello a évoqué plusieurs problèmes liés à la jeunesse : l’exclusion des jeunes (emploi, précarité, logement…), et celui des jeunes mères ou des jeunes femmes subissant l’IVG. L’UFR milite pour un meilleur dialogue intergénérationnel.
L’inégalité au travail était bien entendu sur le tapis car malgré la lutte menée, les meilleurs postes demeurent majoritairement masculins. Les différences de conditions de travail, l’écart entre les salaires le temps partiel subi pénalisent toujours autant de femmes.
« Nous vivons dans un monde qui manque de générosité, nous devons apprendre à donner et non plus à prendre. Nous devons continuer ce combat pour le respect, l’égalité et la solidarité » a conclu Huguette Bello après ce discours émouvant où elle a su proclamer sa flamme.

CF


Le combat continue

Lors de cette assemblée générale, cinq motions afin de rappeler aux ministres et au président ses responsabilités ont été votées à l’unanimité. Voici leurs résumés :

• Motion pour une véritable politique d’éducation, d’information et de maîtrise de la fécondité
Considérant que le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) a été estimé à 4663 en 2008 à La Réunion, qu’il n’a cessé d’augmenter, que 12% sont pratiquées chez des mineurs, que 600 mineurs donnant naissance chaque année, que l’IVG et la pilule du lendemain sont gratuites et non la pilule contraceptive.
L’UFR demande la mise en œuvre d’une véritable politique d’éducation à la sexualité et à la maitrise de la fécondité… et la mise en place d’un numéro vert offrant des renseignements pratiques.

• Motion un plan Marshall en faveur de l’emploi des jeunes
Considérant qu’à La Réunion 1 jeune de moins de 25ans sur 2 est touché par le chômage, que 1 jeune sur 4 appartient à un ménage pauvre, que les personnes de moins de trente ans ont un niveau inférieur à l’ensemble de la population, que les Réunionnais sont affectés par les bas salaires, les contrats précaires et de courtes durées.
L’UFR demande une grande loi pour la jeunesse, un plan Marshall pour l’emploi où les jeunes occuperaient une place centrale.

• Motion pour une grande loi contre l’exclusion des jeunes
Considérant l’extension du RSA aux jeunes de -25ans et les conditions strictes pour y avoir droit, il ne constitue pas une politique de la jeunesse ni d’insertion.
L’UFR s’élève contre l’absence de politique sociale et d’emploi en faveur des jeunes de moins de 25 ans et demande une grande loi contre l’exclusion des jeunes.

•Motion contre la suppression des allocations familiales
Considérant le projet de décret relatif à la suspension/suppression des allocations familiales à partir de 4 jours d’absence dans l’établissement scolaire fréquenté par l’enfant, alors même que les établissements subissent sans pareil des son personnel.
L’UFR demande des moyens humains et matériels pour l’école, des conditions de vies décentes pour les familles, des emplois, des salaires, des conditions de travail permettant aux parents salariés d’assumer leurs responsabilités grâce à une bonne articulation entre vie professionnelle et familiale et le développement d’équipements et de loisirs pour que les enfants s’épanouissent.

•Motion contre le transfert des charges de la sécurité sociale sur les malades
Considérant les nouvelles mesures de la loi des finances 2011 qui accentuent le transfert des charges de la sécu sur les patients.
L’UFR condamne ces mesures qui affecteront les Réunionnais, surtout ceux de conditions modestes, porteurs de maladies chroniques.


Kanalreunion.com