Luttes sociales

L’UNEF appelle à la manifestation

Mobilisation contre l’austérité en France le jeudi 5 mars

Témoignages.re / 26 février 2015

En France, l’UNEF participera à la journée d’action contre la politique d’austérité. Le syndicat étudiant fait part de ses revendications.

En décembre dernier, sous la pression d’une mobilisation intersyndicale, le gouvernement a abandonné une coupe budgétaire de 70 millions d’euros qui devait frapper le service public d’enseignement supérieur. Pourtant, ce sont encore 200 millions qui manqueront en 2015 simplement pour assurer le bon fonctionnement des universités. Pire, le gouvernement n’a pas abandonné l’idée de réduire le déficit sur le dos des établissements d’enseignement supérieur et prépare une ponction de 100 millions d’euros dans leurs fonds de roulement.

Derrière le débat gestionnaire, il y a nos conditions d’étude

Les étudiants sont les premières victimes des difficultés financières des établissements. Pour équilibrer leur budget, les universités sont contraintes de supprimer des postes d’enseignants, de diminuer l’encadrement des étudiants, de repousser la rénovation des locaux délabrés…

Cette dégradation des conditions d’étude touche principalement les premiers cycles universitaires, qui sont considérés par les universités autonomes comme les moins compétitifs. C’est pourtant dans les premiers cycles que se joue la réussite des étudiants et l’ascenseur social. 

L’augmentation du nombre de bacheliers qui poursuivent leurs études ces dernières années est une opportunité pour le pays. Elle permettrait de mieux former les nouvelles générations et de participer au redressement de l’économie. Encore faut-il que notre service public ait les moyens de proposer des parcours de réussite à tous ces jeunes, ce qui n’est pas le cas avec l’austérité budgétaire qui lui est imposée. Les universités sont de plus en plus nombreuses à faire le choix, parfois dans l’illégalité, de pratiques sélectives pour écarter certains profils de bacheliers. Une pratique inacceptable qui risque de bloquer définitivement la démocratisation des études.
Les étudiants se mobilisent pour leur réussite

Dans plusieurs universités, notamment Paris 11, Lyon 2, Paris 8 et Paris 13, les étudiants sont déjà mobilisés pour défendre leurs conditions d’étude. Les prélèvements dans les fonds de roulement aggraveront les tensions dans les établissements. Ces moyens doivent être utilisés pour la construction et la rénovation des locaux universitaire, pas pour remplir l’objectif de réduction des dépenses publiques du gouvernement.

L’UNEF appelle les étudiants à une journée d’action le jeudi 5 mars, avec assemblées générales, rassemblements, manifestations… pour exiger :

- Un investissement d’urgence de 200 millions d’euros dans le budget des universités
- Une réorientation des moyens du Crédit Impôt Recherche et du Grand Emprunt vers le budget de fonctionnement des universités
- Une remise à plat de la répartition des moyens et des budgets fléchés vers les premiers cycles universitaires
- Un plan pour la réussite des bacheliers technologiques et professionnels (renforcement des filières courtes avec passerelles pour la poursuite d’études, réforme pédagogique en licence…)


Kanalreunion.com