Luttes sociales

L’UNEF interpelle les parlementaires

Budget de l’Université

Témoignages.re / 4 avril 2013

Dans un communiqué dont voici de larges extraits, l’UNEF Réunion élargit la mobilisation pour la défense de l’Université de La Réunion.

Alors que 250 personnes (étudiants-enseignants et personnels) étaient réunies en assemblée générale ce mercredi matin au campus du Tampon, l’UNEF Réunion a adressé hier un courrier à l’ensemble des parlementaires du département concernant la situation budgétaire de l’établissement.

Notre organisation souhaite être reçue par les parlementaires afin de les alerter quant à la situation dramatique de l’Université de La Réunion qui, rappelons-le, est la seule université française et européenne de l’océan Indien. Nous signalerons aux élus les conséquences du désengagement de l’État pour l’Université, ses étudiants, et l’ensemble du territoire. Nous estimons que le delta de 5,4 millions d’euros qui manque à l’établissement compromet de façon significative la place de l’Enseignement supérieur dans le département ainsi que la qualité des formations délivrées aux jeunes de l’île. Des rencontres sont d’ores et déjà prévues avec M. Younous Omarjee, député européen, ainsi que M. Jean-Jacques Vlody, député de la troisième circonscription, et des contacts sont en cours avec les collaborateurs des autres parlementaires.

Nous sommes déterminés à croiser le fer avec le ministère et nous n’accepterons pas que l’établissement soit sacrifié sur l’autel de la rigueur budgétaire. Les étudiants sont particulièrement inquiets des conséquences de ce désengagement de l’État : augmentation des droits d’inscription, suppressions de filières, fermetures de certains Masters et de certaines options, et enfin une baisse de la qualité des diplômes du fait de la diminution du nombre d’heures d’enseignement.

Nous tenons à souligner que si les difficultés budgétaires de l’Université de La Réunion sont communes à l’ensemble des universités françaises du fait de leur passage aux RCE (Responsabilités et Compétences Élargies), l’établissement ne peut toutefois être comparé aux universités métropolitaines du fait de l’isolement géographique qui contraindrait les étudiants à faire plusieurs milliers de kilomètres pour avoir accès à des formations en cas de suppressions de filières.


Kanalreunion.com