Luttes sociales

La CGTR demande une table ronde

Travailleurs étrangers sur un chantier de La Plaine des Cafres

Témoignages.re / 18 mai 2012

Suite à l’annonce de la présence de 150 travailleurs portugais sur un chantier de ferme agri-solaire à La Plaine des Cafres, la CGTR a déposé une lettre à la préfecture le mardi 15 mai 2012. Dans ce courrier, l’organisation syndicale demande au préfet la tenue d’une table ronde pour favoriser la priorité à l’emploi local, dans une île où le taux de chômage atteint les 30%. « Il ne s’agit pas d’une histoire d’exclusion des étrangers, mais nous souhaitons que les Réunionnais, les jeunes surtout, puissent être formés et obtenir ce type de travail », indique Max Banon, représentant syndical de la CGTR.

« Le problème de l’emploi est très présent à La Réunion, on sait que 30% des Réunionnais sont au chômage et que 60% des jeunes actifs ne travaillent pas. Lors des événements de février dernier, on a bien vu qu’il y a un véritable souci par rapport à l’emploi. Les jeunes demandent du travail, et là, à La Plaine des Cafres, on apprend que 150 Portugais occupent des postes que des Réunionnais auraient pu tenir », explique Max Banon.

La CGTR s’insurge contre le fait que la main-d’œuvre locale n’ait pas été sollicitée à La Plaine des Cafres, tout en précisant que ce n’est pas la première fois qu’on fait appel à des ouvriers étrangers sur un chantier réunionnais, aux dépens de la population locale.

« D’autres chantiers de ferme photovoltaïque sont à venir. Nous avons donc demandé à la préfecture la tenue d’une table ronde en présence de la DIECCTE, de Pôle Emploi, de la Région, d’EDF et des représentants des maires, pour favoriser la formation des Réunionnais et la priorité à l’emploi local », indique le délégué syndical.
En attendant une éventuelle réponse, la CGTR promet de rester vigilante concernant les emplois sur les chantiers de l’île.

Avec Imaz Press Réunion


Kanalreunion.com