Luttes sociales

La CGTR-EDF dénonce l’attitude de la Direction

Grève à EDF et Séchilienne Sidec

Témoignages.re / 6 avril 2011

Entre les salariés et la Direction d’EDF, rien ne va plus ! La CGTR-EDF a adressé aux dirigeants un communiqué intitulé « A nos chers dirigeants : Cultiver l’indifférence, c’est entretenir la différence ! » dénonçant ses « manipulations et mensonges » qui diabolisent les grévistes aux yeux de la population alors qu’ils ne réclament que l’application d’une loi.
Voici le communiqué dans son intégralité.

« Avez-vous réellement mesuré les impacts de cette grève au sein de nos Territoires d’Outre-mer ? Nous parlerons, nous, de notre unité EDF Réunion.

Quelles sont les raisons qui nous poussent à manifester et à revendiquer l’application de l’article 14 paragraphe 6 ?

Un fait : l’histoire des IEG dans les DOM. 

Un coup de baguette magique vous a permis l’interprétation, entre autres, du protocole de 1972 pour déboucher sur des avenants tronqués que vous vous vantez d’appliquer au travers de la Pers 684.

Ce tour de passe-passe a eu de graves conséquences dans la vie quotidienne des pères et mères de famille vivant sur ces territoires qui ne croient plus en vos belles paroles. Votre magie opère à nouveau quand vous vous permettez d’anticiper la réponse de la plus haute juridiction.
Votre définition de la magie ne serait-elle pas malhonnêteté et mauvaise foi ?

Au vu de vos insatiables manipulations et mensonges, les mots “honneur” et “responsabilité” véhiculés par vos soins ne trouvent plus une large écoute auprès d’une grande majorité du personnel.

A titre d’exemple, ces derniers temps au sein de l’entreprise, des achats de conscience ont été opérés dans les réunions d’encadrements envers les personnels d’exécutions et de maîtrises.

Cette sournoise communication mise en œuvre par ce patriarche qui “convoque” ses “enfants” en apportant ironiquement “53” pains au chocolat et “53” croissants est bien l’image du gros blanc des colonies qui brime et flatte pour ne pas perdre la face...

En une crise sociale, vous avez repéré les futurs potentiels et vous invitez une catégorie de personnel à déjeuner aux frais de l’entreprise pour inculquer les nouvelles valeurs et les objectifs du centre en termes de mobilité et de parcours professionnel... Seulement 36 ans après la mise en œuvre de la nationalisation... Le réveil de ce profond coma semble dur...

Trop, c’est trop ! Utiliser ensuite les cadres locaux pour faire passer la pilule, alors que le “tapinage” professionnel est de plus en plus visible pour certains.

Que dire quand vous utilisez les médias et la communication interne pour masquer vos injustices qui durent depuis trop longtemps, sans parler de l’utilisation de certaines organisations syndicales pour sublimer la voix du maitre ?

Que penser quand vous commencez par dire que notre revendication sur la cherté de la vie est recevable et entendable, et que vous perpétuez ensuite envers les salariés des assignations et des brimades ?

La diabolisation des grévistes est sans aucun doute votre seul moyen de nous censurer, de nous stigmatiser, de nous meurtrir dans notre revendication, mais il y a un jour qui s’appellera demain...

Vous serez amenés à travailler avec nous, et cette gestion d’après-crise n’augure rien de bien pour une reprise de nos relations et du dialogue social. Vous n’imaginez pas le fossé qui subsiste et qui chaque jour s’amplifie. La cicatrisation sera longue et la plaie ne se refermera pas du jour au lendemain.

La rancœur qui nous anime est à la hauteur du degré de manipulation que vous avez utilisé pour casser les grévistes et une autre partie du personnel.

Par votre irresponsabilité et votre sens du dénigrement, on est passé du statut de salariés respectables à celui de salariés « Terroristes ».

Sachant que vous êtes ici pour 4 ans, par cupidité et par excès de confiance, vous semblez ignorer le malaise et le stress qui étaient sous-jacents dans l’entreprise depuis de nombreuses années et qui deviendront les plus gros problèmes que vous aurez à gérer dans les prochaines semaines.

Vous espérez gagner une bataille semble-t-il, mais à quel prix ! Sachant que votre système est tellement bien ajusté que pour générer du mal-être !

Zot la fé un fois ! Zot i fera pas deux fois ! »


Kanalreunion.com