Luttes sociales

La CGTR-EDF dénonce la manipulation de l’opinion publique

Subventions des collectivités pour faire baisser les prix

Témoignages.re / 10 mars 2012

Hier à l’occasion d’une conférence de presse, la CGTR a donné son point de vue sur les mesures présentées par le pouvoir pour répondre à l’urgence sociale. Le syndicat dénonce « ces scoops qui arrivent dans un contexte bien précis et qui ont d’autres finalités que de résoudre la problématique de la cherté de vie ». À titre d’exemple, voici un éclairage apporté par la CGTR-EDF sur la proposition du chèque énergie.

« Le tarif social ou première nécessité (TPN) a été mis en oeuvre depuis 2005, au national sur une prévision de 1,5 million foyers éligibles, seuls 600.000 en pu bénéficier de ce dispositif.
Les tarifs sociaux de l’énergie sont réservés aux bénéficiaires de la CMUC (Couverture Maladie Universelle Complémentaire), le plafond au national étant de 648 euros et dans les DOM à 721 euros par mois pour une personne seule (…)
Ce sont les organismes d’assurance maladie qui ont obligation de transmettre des données des personnes éligibles aux fournisseurs d’énergie électrique, qui eux ont une obligation d’accorder à ces personnes les réductions auxquelles, ils ont droit, sans que ceux-ci aient à faire la moindre démarche.
Pour l’électricité, la réduction est en moyenne de 90 euros par an.
Depuis le 7 mars 2012, un nouveau décret a été publié et les tarifs sociaux deviennent automatiques. Les mesures seront rétroactives au premier janvier 2012, toutes les consommations depuis ce début d’année bénéficieront du rabais social.

Attention à la confusion

En 2010, la direction d’EDF Réunion annonçait que ce dispositif est d’actualité sur l’unité, plus de 47.000 clients sur 350.000 sont en situation financière délicate, au niveau des TPN.
Aujourd’hui, après les émeutes sur la problématique de la vie chère, EDF avec la collectivité du Conseil général, lance un grand scoop sur une campagne de sensibilisation pour les foyers modestes.
EDF reconnaît seulement après cette crise de 2012 que "certains pourraient avoir accès au TPN, mais il y a une méconnaissance de ce dispositif" et que 10.000 foyers réunionnais supplémentaires pourraient bénéficier du TPN...
Mieux, ils envisagent la mise en place du chèque électricité d’un montant minimal de 90 euros par an, destiné aux abonnées bénéficiaires de l’allocation adulte handicapé, de l’allocation de solidarité pour les personnes âgées et aux travailleurs pauvres...
On est en train de créer la confusion dans la tête des Réunionnais... TPN + chèque électricité.
Pour rappel, le TPN est géré par EDF et l’État et est alimenté par un fonds de solidarité en lien avec la CSPE, et le chèque électricité est géré de manière transitoire par le Conseil général et EDF Réunion sur des fonds qui vont être prélevés sur la taxe départementale qui sert en principe à l’extension et à la rénovation des réseaux...
On se pose beaucoup d’interrogation sur ce nouveau dispositif qui remet en cause le système "solidaire" et ouvre la brèche à d’autres dérives... (...)

La question de la neutralité politique

D’un côté, on veut aider les démunis, mais après le processus de mouvement social sur la vie chère, dans l’urgence on fait tout et n’importe quoi, sachant très bien que ces dispositions masquent les vraies réalités locales dans son ensemble.
Ce coût de 4 millions d’euros, EDF, si elle voulait y contribuer, aurait pu au travers de son action prendre en charge à elle seule ces nouvelles mesures exceptionnelles... Car n’oublions pas, qu’elle avait connaissance de ces réalités, ce n’est pas pour autant que dans le calendrier, elle a adapté ce manque et profité pleinement de ses avoirs qui ont été générés depuis 2005(...)
Il y a un fort risque de doublon entre le TPN et le versement du chèque électricité, en pleine campagne électorale, se pose la question de la neutralité politique
La règle du TPN est claire, alors que celle préconisée par le Conseil général est ambigüe, a plus d’un titre pour la bonne raison de la population visée..., entre autres cette notion de travailleurs pauvres... y a-t-il des travailleurs riches dans ce dispositif ?
On est en train de manipuler l’opinion publique et tenter en cette période difficile de boucher le malaise social. Ce n’est pas un cadeau qu’on fait aux Réunionnais les plus démunis, car la problématique de l’état actuel du réseau est en très mauvais état... car aux moindres conditions atmosphériques ou un grand nombre d’usagers se retrouve dans le noir... »


Où sont les jeunes Réunionnais à EDF Réunion ?

« Sur les 50 emplois en service civique, là aussi nous dénonçons ce procédé, d’autant que ces jeunes vont être avoir un emploi précaire et sans action pérenne... sous payé, alors que ce sont des activités d’EDF, donc ces jeunes devraient être au statut des agents EDF et bénéficier des mêmes conditions données aux salariés de ce secteur énergie.
À EDF, 70 jeunes sont actuellement en contrat d’alternance et de contrat de professionnalisation... 14 d’entre eux lors des derniers examens, ont eu leurs diplômes de niveau bac au BTS... voire plus... 4 seulement ont été embauchés... 42 personnes sont actuellement en permanence en intérim... La problématique des salariés venant de l’extérieur PEI ou intérim pris sur le marché national pose est aussi un facteur aggravant de la situation de l’emploi... »


Kanalreunion.com