Luttes sociales

« La CGTR Educ’Action fait bouger les lignes et obtient le renouvellement de leur contrat »

Affaire des 20 A.E.D (assistants d’éducation) licenciés

Témoignages.re / 20 juin 2012

La CGTR Educ’Action se réjouit dans ce communiqué du mardi 19 juin 2012 publié ci-dessous d’avoir pu agir afin que le Rectorat prenne les dispositions nécessaires pour assurer le renouvellement des contrats des 20 AED du Sud licenciés en cours de contrat. Se posant la question de la précarité de ces emplois, le syndicat exige une table ronde avec l’autorité académique « en vue d’une meilleure sécurisation professionnelle » de ces contrats.

« Suite à nos démarches et multiples interventions à tous niveaux face au scandale du licenciement de 20 AED en cours de contrat, le Rectorat a fini par intervenir en prenant les dispositions nécessaires pour assurer le renouvellement des contrats de nos collègues.

La CGTR Educ’Action note qu’il aura fallu un nouveau contexte politique pour qu’enfin le Rectorat soit plus enclin à se « préoccuper » de l’emploi des AED. Pourvu que ça dure ! Dans tous les cas, de gros efforts sont encore à faire si l’on s’en tient aux déclarations « revers de main » faites par le recteur lors du dernier CTA, notamment son refus de réparer le préjudice financier occasionné par l’Académie aux précaires qui se chiffre en plusieurs centaines de milliers d’euros.

Cet épisode d’un licenciement évité au fil du rasoir pose de nouveau la question de la précarité dans notre Académie.

Trop d’abus sont constatés : détournement de missions, règles opaques de recrutement, contrats renouvelés et signés chaque année au lieu d’être signés pour 3 ans renouvelables 1 fois, problèmes de formation, etc.

La CGTR Educ’Action exige une table ronde avec l’autorité académique pour poser tous les problèmes à plat en vue d’une meilleure sécurisation professionnelle de nos collègues.

Le Rectorat doit aujourd’hui prendre toute la mesure "du faire autrement" en ne méprisant plus les précaires comme il en a été coutumier et en leur garantissant l’application de leurs droits.

Les personnels peuvent compter sur notre vigilance et notre refus d’accepter l’inacceptable en montant "au créneau" chaque fois que cela sera nécessaire.

La CGTR Educ’Action se réjouit de l’issue favorable pour nos 20 collègues AED ».


Kanalreunion.com