Luttes sociales

La CGTR regrette la fin de non-recevoir à sa proposition de conférence sociale

Suite à la visite du ministre des Outre-mer

Témoignages.re / 17 juillet 2012

Dans une déclaration publiée hier, le bureau confédéral de la CGTR déplore que sa proposition d’une conférence sociale adressée au gouvernement n’ait pas eu de réponse de la part du ministre des Outre-mer. Le syndicat renouvelle sa demande.

La CGTR avait adressé les 5 et 20 juin à M. le Premier ministre et copie au ministre de l’Outre-mer une demande d’organisation d’une conférence sociale locale à l’image de celle tenue à Paris les 9 et 10 juillet. Elle a pris connaissance par la presse (cf. interview du ministre de l’Outre-mer parue le 13 juillet dans “Le Quotidien”) de la réponse du ministre de l’Outre-mer.

La CGTR prend acte de ce mode de concertation et s’y adaptera.

Elle regrette la fin de non-recevoir opposée à sa demande. La référence aux États généraux organisés sous le précédent quinquennat n’a pas sa raison d’être : la CGTR n’y a pas participé, à l’inverse des parlementaires de l’Outre-mer, sans exception, et des collectivités locales, y compris celles de Guadeloupe. Elle n’a donc pas de raison d’en être déçue.

La CGTR craint que la Conférence économique et sociale ne soit que des États généraux outre-mer (EGOM) bis où les syndicats seraient noyés dans un aréopage de bien pensants qui ne conçoivent la dure réalité sociale que comme un appendice de la problématique économique, voire comme un supplément d’âme.

La conférence sociale locale qu’elle appelait de ses vœux n’a en tout cas rien à voir avec les EGOM.

Il s’agit de réunir, in situ, les organisations sociales — syndicales et associations de chômeurs notamment — afin d’expertiser la situation sociale à La Réunion de façon concrète et au-delà de grands agrégats ; puis d’en dégager les lignes d’action en contribution à l’action du gouvernement.

Le ministre acte des « importantes contributions » de son ministère qui, selon lui, ne demandent qu’à « être déclinées » territorialement. C’est là une non-réponse à notre proposition.

La CGTR réaffirme la nécessité d’une conférence sociale locale ainsi que sa demande de l’organiser d’ici la fin de cette année.

Dans tous les cas de figure, et en toute responsabilité, elle prendra les dispositions pour la mener à bien dans les délais fixés.

Le Bureau confédéral proposera à sa Commission exécutive la désignation d’une délégation à qui sera confiée la charge de prendre relation avec toutes les organisations représentatives de salariés en emploi ou privés d’emploi aux fins d’échanger sur la réalisation de cette initiative et de définir plus précisément son contenu.

Il appelle les travailleurs à se mobiliser afin de faire aboutir cette initiative et de faire entendre en conséquence leurs opinions et leurs desiderata.

Par ailleurs, la CGTR ne manquera pas d’en informer le ministère par la voie qu’il a lui-même choisie.

La conférence sociale locale qu’elle appelait de ses vœux n’a en tout cas rien à voir avec les EGOM.


Kanalreunion.com