Luttes sociales

La CGTR se mobilise pour l’emploi, la hausse des salaires et des minimas sociaux

Rassemblement à La Rivière des Galets

Témoignages.re / 31 août 2011

La CGTR a organisé un rassemblement de l’ensemble de ses militants et militantes le samedi 27 aout 2011 à la salle "Farfar" à la Rivière des Galets à La Possession.
Cette réunion/débat avait pour objectif de lancer une campagne de mobilisation CGTR autour des problèmes : salaires-emplois et syndicalisation. Elle a aussi été l’occasion de présenter les propositions et de faire un point sur l’actualité sociale, les actions en cours et à venir. Les deux motions présentées ci-dessous sont le résultat de ce rassemblement.


Motion pour des salaires et des minimas sociaux dignes

Considérant la vie de plus en plus chère,
Considérant les sur-prix pratiqués sur notamment trop de produits de première nécessité que révèle, par ailleurs, une inflation toujours plus forte à la Réunion qu’en France,
Considérant le leurre qu’est l’observatoire des prix,
Considérant l’absence de dialogue social et de réelles négociations salariales, l’égoïsme patronal,
Considérant les innombrables coups portés par le gouvernement aux portes-monnaie des salariés en activité ou au chômage et des bénéficiaires des minima sociaux,
Considérant que nos décennies d’années glorieuses ont combiné des taux de croissance de l’ordre de 5% et une aggravation des inégalités sociales,
Considérant que la dramatique situation sociale de 2009 s’est fortement aggravée depuis,
La CGTR sera vigilante sur la mise en application de la décision du Conseil d’État relative à la prime COSPAR et demande instamment aux services de l’État de jouer pleinement leur rôle en la matière,
La CGTR exige, pour parer à l’urgence sociale et afin de satisfaire les besoins sociaux essentiels des salariés, qu’instantanément soit accordée aux salariés une augmentation minimale de 150€.
La CGTR entreprendra la concertation avec l’ensemble des syndicats et demande au patronat d’ouvrir les négociations salariales au plus tôt.
La CGTR réitère son exigence de l’échelle mobile des salaires.
La CGTR demande à ce que les minimas sociaux soient également revus de façon substantielle, à la hausse.
La CGTR réitère la demande des syndicats d’un état des lieux du RSA et de l’impact pour les bénéficiaires de son passage en RSTA.

Adoptée lors du rassemblement militant du 27 septembre 2011 au Port


Motion pour l’emploi des Réunionnais

Considérant la nécessaire solidarité entre les travailleurs mis en concurrence entre eux par la mondialisation libérale,
Considérant la nécessaire harmonisation par le haut des règles sociales,
Considérant les enjeux sociétaux auxquels la Réunion est confrontée dans une phase d’accélération de son évolution historique, Considérant la récession que connait La Réunion, Considérant la gravité de la situation locale de l’emploi et notamment des jeunes,
Considérant le départ forcé et souvent sans perspective de retour au pays de milliers de jeunes réunionnais dont plusieurs diplômés,
Considérant la nécessité pour les Réunionnais d’accéder aux emplois et aussi ceux d’encadrement,
Considérant la nécessité de faire, autant que possible, participer les entreprises réunionnaises à l’acte de construire,
Considérant l’indispensable contrepartie à l’aide publique en fonction de la responsabilité de l’entreprise à l’égard du territoire,
La CGTR exige l’application du droit social du pays d’accueil dans le cadre du principe de faveur.
La CGTR exige que les horaires de travail sur les chantiers soient de 35h payées 39h et le véritable abandon de la défiscalisation des heures supplémentaires afin de dégager des emplois.
La CGTR exige que le maximum d’emplois soit réservé aux demandeurs d’emploi locaux. Ce qui suppose un rôle exclusif de Pôle Emploi.
La CGTR exige une adaptation de l’intervention de Pôle Emploi à La Réunion et à Mayotte afin de tenir compte des réalités socio-économiques locales.
La CGTR demande une GEPEC afin que la formation des Réunionnais soit anticipée pour les travaux à venir.
La CGTR demande, une fois de plus, une véritable structuration des branches.
La CGTR exige que la DDIECTE soit pourvue de moyens adéquats pour sa mission et notamment le respect du droit du travail.
La CGTR réclame une moralisation des sous-traités empêchant l’externalisation des risques sociaux et financiers sur les sous-traitants en cascade. La CGTR réclame l’interdiction des boites à lettres faisant office d’employeurs (invisibles).

Adoptée lors du rassemblement militant du 27 septembre 2011 au Port.


Kanalreunion.com