Luttes sociales

La direction de la CISE prend en otage la population

Témoignages.re / 15 mars 2011

Le personnel de la CISE est en grève depuis 6 jours, malgré une concertation avec la direction, hier matin, aucun accord n’a été trouvé. La direction a-t-elle la volonté d’agir pour ses employés ? Voilà la question posée dans ce communiqué de l’Intersyndicale CISE. L’Intersyndicale tient à rappeler que « la démarche des salariés n’a aucun impact financier pour les abonnés qui doivent comprendre les grévistes dans leur action ».

« La grève du personnel de la CISE a débuté jeudi 10 mars 2011. Elle est suivie à 95%.
Les salariés constatent que l’employeur laisse pourrir la situation, en n’ayant pas la volonté de négocier une augmentation qui satisfasse notamment les bas salaires ; lesquels se situent au seuil de pauvreté.
Il profite du mécontentement des abonnées de la CISE pour faire endosser sa propre responsabilité aux grévistes. Le communiqué laconique qu’il a donné à une radio bien connue ce week-end relève d’un comportement extraordinairement cynique,
Les déclarations des délégués de l’Intersyndicale exprimées ce même weekend n’ont pas apaisé, semble-t-il, les habitants privés d’eau depuis vendredi 11.
C’est à la Direction de l’entreprise de prendre ses responsabilités quant à la gestion de l’eau en direction des abonnés, et non aux salariés de se substituer.
L’Intersyndicale rappelle que sa proposition ne remet nullement en cause les perspectives financières comparativement à l’année précédente, et même pour le futur.
La proposition des Syndicats n’est d’ailleurs pas remise en cause par l’employeur.
L’Intersyndicale dénonce l’erreur d’appréciation de la direction, quant à la destination des montants dégagés par la LODEOM, lesquels ont pour but de dynamiser l’économie des DOM et non directement les revenus des actionnaires.
L’Intersyndicale soutient que la démarche des salariés n’a aucun impact financier pour les abonnés qui doivent comprendre les grévistes dans leur action.
L’intersyndicale constate la position déloyale de la Direction générale de la CISE à ne pas gérer, cette situation de crise, préférant la laisser aux seuls salariés. En quelque sorte, l’employeur prend en otage la population contre ces derniers. »


Kanalreunion.com