Luttes sociales

La FSU dénonce la mutation à la dernière minute de 28 futurs enseignants réunionnais en France

Affectation des stagiaires PLP

Témoignages.re / 6 août 2010

Dans un communiqué diffusé hier, la FSU dénonce une nouvelle atteinte à la dignité des jeunes Réunionnais par l’administration : d’une part des postes se libèrent comme par enchantement alors que tout était bloqué pendant des mois, mais d’autre part, 28 stagiaires sont mutés en France, et du fait de leur non-titularisation devront déménager à leurs frais, ou renoncer à l’emploi qu’ils ont obtenu dans la fonction publique. Voici le communiqué du syndicat.

« Si nous devons nous féliciter que chaque année La Réunion produise de nombreux lauréats aux concours d’enseignants, les faits nous donnent hélas raison quand nous prédisions que les nouvelles logiques en œuvre pour l’affectation de ces futurs enseignants vers leur lieu de stage aboutiraient au départ forcé de bon nombre d’entre eux.
Dans l’enseignement professionnel, étaient prévus au départ 17 places à La Réunion ; les résultats aux concours auront contraint l’administration à réviser ce nombre à la hausse passant alors à 28 places. Si nous nous réjouissons de cette évolution, nous sommes tout de même surpris de constater la facilité à débloquer 11 postes supplémentaires alors même que depuis des mois, cette même administration refuse de le faire pour de jeunes titulaires déchirés par les futures séparations familiales qu’ils n’ont cessé de dénoncer au sein du collectif "Profs 974".
Pour autant, restent encore sur le carreau un nombre non-négligeable de futurs enseignants (28) qui viennent tout juste d’apprendre leur affectation en métropole et sont donc priés de trouver un billet d’avion, un hébergement, pour certains de quitter leur famille et leurs proches, des enfants pour plusieurs d’entre eux dans les trois semaines qui viennent !
Sans même la certitude de pouvoir ne serait-ce que rester à terme dans l’académie où ils sont envoyés puisque les barêmes pour cette seconde étape dans un an seront différents des barêmes utilisés pour les affecter en stage.
Jusqu’à présent, le Rectorat s’efforçait de prendre en compte les difficultés d’un tel éloignement au moins pour la période de stage. Ce n’est de toute évidence plus une préoccupation puisque nous comptons parmi ces futurs collègues plusieurs pères et mères obligés donc de se séparer de leurs familles dans trois semaines pour ensuite devoir encore déménager pour rejoindre leur affectation définitive un an plus tard.
Ce qui est déplorable c’est d’observer l’indifférence à l’égard de l’humain dans une administration qui prétend le mettre au coeur de ses préoccupations.
Le SNUEP, avec la FSU, défendra les intérêts de ces futurs collègues, comme il l’a toujours fait pour tous les enseignants du secteur professionnel en toutes circonstances ».


Kanalreunion.com