Luttes sociales

La grève se poursuit à Soretole

Sophie Périabe / 30 septembre 2010

En grève depuis maintenant 10 jours, la quasi-totalité des salariés de la production de Soretole va solliciter dès aujourd’hui la Commission régionale de conciliation pour sortir de ce conflit qui s’enlise.

« Les négociations avec la Direction sont aujourd’hui au point mort », déplorent les salariés en grève. Malgré l’intervention de l’Inspection du Travail et une réunion qui s’est tenue vendredi dernier, aucune avancée n’a été obtenue et chaque partie campe sur ses positions.
Les salariés de la production de Soretole exigent de la Direction un rééquilibrage des salaires entre les employés. « L’entreprise a adopté la grille salariale du bâtiment », explique Pierre Savigny, responsable CFDT du syndicat du bâtiment, « et pour un même emploi, même fiche de poste, même ancienneté, les salaires ne sont pas les mêmes, avec des écarts allant jusqu’à 40% ».
En effet, pour un poste de conducteur de machines polyvalent, certains sont au coefficient 105, d’autres 118, 137 ou encore 145. « Il y a même deux salariés commerciaux de l’entreprise qui ne dépendent pas de la grille du bâtiment. Or, l’entreprise est obligée d’appliquer la même grille salariale à tous les employés », insiste Pierre Savigny.
Les délégués du personnel ont bien tenté de soulever ce problème lors des réunions mensuelles des délégués, mais « ça ne marche pas. On nous dit que la société ne va pas bien. Mais l’entreprise a délocalisé des activités au Vietnam, là où la main d’œuvre est moins chère », soutiennent les salariés.
Vendredi dernier, lors de la réunion organisée par l’Inspection du Travail entre les deux parties, « le PDG, M. Chong Fah Sheng, n’est pas venu. Il a envoyé le directeur, qui n’a aucun pouvoir à part celui de sanctionner », indique Janick Lauret, délégué du personnel.
Devant un tel mépris, les salariés se retournent aujourd’hui vers la Commission régionale de conciliation. Cette commission paritaire, composée de 5 organisations syndicales de salariés et 5 représentants syndicaux du patronat, sera chargée de renouer le dialogue entre les deux parties et « régler » ce conflit, « comme elle le fait dans 80% des cas », rappelle Pierre Savigny.
En attendant la tenue de cette commission qui devrait se réunir la semaine prochaine, les salariés continuent leur mouvement devant les locaux de la Soretole dans la ZI n°2 à Saint-Pierre.

 Sophie Périabe 


Kanalreunion.com