Luttes sociales

La hausse des prix des carburants : de lourdes conséquences

Un nouveau coup porté au pouvoir d’achat

Manuel Marchal / 1er février 2011

Dans un pays où toutes les marchandises sont transportées par automobile, la hausse des prix des carburants va favoriser l’envolée des prix. Fait sans précédent depuis plus de 10 ans, le montant des taxes augmente.

Le monde connaît une hausse des prix des matières premières et des produits alimentaires de base. Cela concerne notamment le blé, le riz mais également des énergies fossiles que nous sommes obligés d’utiliser pour circuler ou produire de l’énergie : charbon, pétrole et gaz.
A partir d’aujourd’hui, les prix des produits pétroliers connaissent une hausse généralisée sauf pour la bouteille de gaz. Celle-ci voit son prix baisser de 0,83%, ce qui est loin de compenser la hausse de 8,65% décidée le mois dernier.
Le carburant le plus consommé est le gasoil, il augmente aujourd’hui de 3,54%. Sur un an, le prix du gasoil a connu une évolution de 19,06%, et de 26,06% en référence aux décisions prises par le préfet en mars 2009 sous la pression des manifestations de la population et du COSPAR.
Les prix atteignent donc des sommets. Il est à noter que cette hausse est due en partie à une augmentation de la fiscalité, ce qui n’était jamais arrivé depuis plus de 10 ans. Le communiqué de la Préfecture évoque « une hausse de la fiscalité due à la prise en compte pour la première fois des certificats d’économie d’énergie ». La hausse des taxes n’avait jamais eu lieu sous la mandature de Paul Vergès. L’UMP arrive et quelques mois plus tard, les taxes augmentent par le biais du coût des certificats d’économie d’énergie. Les Réunionnais doivent maintenant non seulement payer les marges des compagnies pétrolières, et payer la hausse des taxes.

Manuel Marchal


Des camionneurs vont-ils refaire le blocus de la Région ?

Pendant plus de 10 ans avec Paul Vergès à la direction de la Région, les taxes fixes n’ont jamais augmenté. L’UMP arrive, et les Réunionnais doivent maintenant payer, en plus de la marge des pétroliers, des taxes plus élevées de 1,2 centime par litre.
Tout le monde se souvient qu’en novembre 2008, Joël Mongin et ses amis avaient bloqué La Réunion pendant près d’une semaine et la Région plus de 48 heures pour obtenir de la collectivité la baisse d’une taxe qui n’avait pas augmenté depuis plus de 10 ans.
Aujourd’hui, la situation de ces camionneurs est vraiment désespérée car ils sont confrontés à la hausse des taxes. Une telle ponction survient en pleine crise, au moment où les grands chantiers sont arrêtés. Nul doute que Joël Mongin et ses amis camionneurs vont passer à l’action, car la situation est encore plus grave pour eux qu’en novembre 2008. Les Réunionnais doivent donc se préparer à un blocage prolongé des routes, et le Conseil régional à son évacuation car devant une telle augmentation, un blocus de la Région est à prévoir.


Certificats d’économie d’énergie : les pétroliers répercutent sur les Réunionnais

Depuis le 1er juillet 2006, l’Etat impose aux fournisseurs d’énergie une obligation d’économie à laquelle ils doivent se soumettre sous peine de sanctions financières. Pour atteindre cet objectif, ces ’’obligés’’ réalisent ou font réaliser des économies d’énergie chez leurs clients. Avec la mise en œuvre des mesures du Grenelle 2, l’objectif d’économies d’énergie a été relevé, et le nombre des entreprises concernées étendu. Les distributeurs de carburants et de gaz sont désormais concernés.
Ces derniers demandaient un objectif « réaliste : il faut un objectif réalisable sinon nous préférerons payer la pénalité prévue et la répercuter sur les prix de vente de nos produits », expliquait dès 2009 Jérôme Humbert en charge du dossier chez Butagaz.
Pour sa part, l’Union française des industries pétrolières (UFIP) estimait qu’elle ne pouvait pas influencer le comportement des automobilistes. L’objectif fixé n’étant pas atteint, l’UFIP prévoyait que la pénalité représenterait à terme 2 centimes par litre de carburant.
A La Réunion, les prévisions des pétroliers se réalisent, c’est le consommateur qui doit payer : déjà 1,2 centime par litre dès aujourd’hui.


Kanalreunion.com