Luttes sociales

La jeunesse change le monde

Une constante dans l’Histoire du monde

Témoignages.re / 13 juillet 2011

Parmi les changements qui ont été observés dans plusieurs États, c’est la jeunesse qui a fait la décision. Si les jeunes n’avaient pas pris le pouvoir dans la rue, il n’y aurait pas eu de "Printemps arabe". En Europe, c’est aussi la jeunesse qui se lève pour refuser que le peuple paye les dettes des riches et des banques. En Grèce et en Espagne, c’est la mobilisation contre les plans d’austérité. C’est la jeunesse qui change le monde.


Décembre 2010 : début du mouvement tunisien pour la démocratie

En Tunisie le 17 décembre, un marchand ambulant, jeune diplômé, s’immole après la saisie de sa marchandise par la police. Ce geste de détresse dans un pays où des dizaines de milliers de jeunes sont sans travail est suivi par le suicide de deux autres jeunes. Ces événements provoquent une vague de manifestations dans la ville de Sidi Bouzid, violemment réprimées. La contestation est alors relayée par la jeunesse tunisienne sur les réseaux sociaux trouvant un écho parmi la population. Les rassemblements s’étendent ensuite à plusieurs autres localités, et des manifestations de solidarité ont également eu lieu à Tunis.


Janvier 2011 : départ du président Ben Ali

Un peu plus d’un mois de manifestation et d’émeutes a fini par faire vaciller 23 ans du règne sans partage du président Zine El-Abidine Ben Ali. Au terme d’une ultime journée d’émeutes particulièrement violentes à Tunis, le président tunisien finit par quitter le pays, vendredi 14 janvier.


Janvier 2011 : la jeunesse égyptienne réclame et obtient la fin d’un régime

Dès les 25 janvier, des manifestants descendent dans les rues égyptiennes. À l’instar de la révolution tunisienne, la jeunesse est à l’initiative de ce mouvement largement relayé par les réseaux sociaux qui réclame la fin de l’État policier, la démocratie qui passe par le départ du président Hosni Moubarak au pouvoir depuis 20 ans et une répartition plus juste des richesses. Réunissant des manifestants de divers milieux socio-économiques, c’est le plus grand mouvement populaire que n’a jamais connu l’Égypte.
Le mouvement aboutit le 11 février 2011 à la démission du président et un gouvernement de transition se met en place.


2011 : la Grèce refuse la rigueur imposée aux plus démunis

En Grèce, les jeunes se mobilisent pour que la population ne paie pas à la place des responsables de la crise. Ils sont les fers de lance de la contestation, et ils revendiquent un autre système.


2011 : L’Espagne à l’agonie économique, la jeunesse se lève contre l’ultralibéralisme

En Espagne, les partis au pouvoir se sont entendus sur un modèle ultra-libéral pour faire décoller le pays. Avec la crise financière, la bulle a éclaté, et le chômage est monté en flèche. Comme en Grèce, la jeunesse ne veut pas que la société paie à la place des responsables. Elle se mobilise pour changer le cours de l’Histoire.


2011 : le Portugal au bord du déficit, les jeunes veulent une démocratie participative

A Lisbonne, le 12 mars, à l’appel du collectif, 300.000 personnes ont défilé sous les platanes de l’Avenue de la Liberté jusqu’au Largo de Camoes pour protester contre la précarité.


Kanalreunion.com