Luttes sociales

La jeunesse de La Réunion attend l’application des décisions du Président de la République

Visite d’un membre du gouvernement vendredi

Geoffroy Géraud-Legros / 19 novembre 2009

Premier membre du Gouvernement à se rendre dans notre île depuis la restitution des décisions arrêtées par le Conseil interministériel de l’Outre-mer (CIOM), Luc Châtel, Ministre de l’Education nationale, est attendu par la jeunesse de La Réunion.

Au mois de mars 2009, les Antilles et La Réunion ont été le théâtre de grands mouvements sociaux, dont l’ampleur a révélé la gravité de la crise structurelle qui frappe l’Outre-mer de la République. Face à ces mobilisations de masse, le Gouvernement a dû organiser une vaste consultation : dans les collectivités et dans l’Hexagone, des Etats généraux ont plusieurs mois durant abordé les problèmes fondamentaux des Ultramarins. A l’issue de ces rencontres, le CIOM a arrêté une série de décisions, rendues publiques par le Président de la République il y a deux semaines. Nombre d’entre elles intéressent la fonction publique de l’Éducation.
Selon un représentant de la jeunesse engagée rencontré par “Témoignages”, le séjour de Luc Châtel permettra d’avoir une vision plus claire de l’application des décisions annoncées par l’exécutif.

« Des clarifications très attendues »

Pour Stéphane Maillot, chargé de communication au sein de l’Alliance des jeunes pour la formation et l’emploi des Réunionnais (AJFER) « ce qu’attend la jeunesse réunionnaise aujourd’hui, ce sont des mesures concrètes, rapides et efficaces de mise en œuvre des décisions annoncées par le Président de la République le 6 Novembre dernier ».
Préoccupation centrale des jeunes, l’emploi. « L’Éducation nationale est un employeur de premier plan à La Réunion », rappelle Stéphane Maillot. « Or », ajoute-t-il, « lors de la restitution des Etats généraux, le Président de la République a annoncé des mesures visant à assurer le recrutement local dans les catégories B et C. Mais il a aussi très explicitement évoqué la possibilité d’appliquer ce régime aux catégories A. Sur ce point, les clarifications qu’apportera M. Chatel sont très attendues : en effet, les catégories A représentent près de 900 emplois par an, c’est-à-dire près de 18.000 emplois pour 20 ans ! ».
L’enjeu, souligne Stéphane Maillot, est fondamental : « l’emploi local est un élément essentiel de réponse à la crise et de lutte contre le chômage qui touche la jeunesse diplômée. Le séjour d’un ministre de l’Education nationale, deux semaines après les décisions annoncées par Nicolas Sarkozy et quelques jours seulement avant la visite de Marie-Luce Penchard, fournit l’occasion de présenter à la société réunionnaise les moyens qui seront déployés pour mettre fin au système aberrant d’aujourd’hui, dans lequel les Réunionnais sont écartés des emplois dans l’Éducation nationale, et cela sur leur île même ».

Résoudre les problèmes sociaux brûlants

L’espoir est donc que l’application des principes énoncés lors de la cérémonie du 6 Novembre permettra de résoudre l’un des problèmes les plus difficiles de l’actualité sociale réunionnaise : la question des assistants d’éducation. Pour Stéphane Maillot, les déclarations présidentielles devraient, si elles sont traduites en actes, permettre un règlement de la question : « lors de la restitution du CIOM, la volonté de lutter contre l’illettrisme a été clairement affichée. Dès lors, on ne comprendrait pas que des personnels d’encadrement dont la compétence et l’expérience sont reconnues soient purement et simplement licenciés ».
Pour Stéphane Maillot, c’est avant tout dans une optique réunionnaise que ces problèmes doivent être pensés : « l’encadrement doit suivre les besoins spécifiques des Réunionnais : il faut garder à l’esprit que La Réunion n’a pas encore achevé sa transition démographique, et que les effectifs scolaires vont augmenter. Dans ces conditions, comment envisager de détruire des emplois dans ce secteur, comme on le fait dans l’Hexagone, alors qu’il est au contraire nécessaire et urgent d’en créer ? ».
Le Conseil interministériel de l’Outre-mer a annoncé des décisions importantes pour l’avenir des Réunionnais. Première catégorie touchée par la crise, la jeunesse attend avec espoir la mise en œuvre des mesures arrêtées au sommet de l’Etat… et la visite de l’un de ses plus hauts représentants, le Ministre de l’Education nationale.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Bravo la jeunesse mobilisée pour l’avenir. Enfin des jeunes qui FONT.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • mette ensemble jeunesse rénioné, partout, tout le temps !

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • oui, la jeunesse de La Réunion attend avec impatience quelques explications, notamment sur le recrutement dans l’éducation nationale. Comment se fait-il que sur 1000 emplois créés, nous n’obtenons qu’une centaine ? à compétences et diplômes équivalents, il est temps pour nous de bénéficier des créations d’emploi à la Réunion : que ce soit catégories A, B ou C !
    Nous sommes nous aussi français ! Pas de discrimination !
    Et en ce qui concerne les assitants de l’éducation : on leur a dit aller passer des concours, ils l’ont fait. Certains n’ont pas été reçu, d’autres sont sur liste complémentaire... et on fait toujours rien pour eux ? On préfère faire venir de métropole, plutôt que d’embaucher sur place ! (il faut arrêter de dire que l’éducation nationale n’a pas d’argent !!!)
    Esthé, une LC toujours aussi remontée !

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com